Changement de projet « Balcons du Mercantour »

Une réunion s’est tenu le 23 janvier 2009, plusieurs éléments nouveaux ont fait pencher la balance en faveur d’une refonte du projet :

la levée de boucliers a été massive et a probablement joué un rôle
important
la crise rendant les économies nécessaires, un projet moins ambitieux ferait diminuer la facture estimée pour le projet initial à 20 millions d’euros.
Le président du Conseil Général des Alpes Maritimes à changé: il ne
s’agit plus de Christian ESTROSI mais de Eric CIOTTI.

Des articles ont parus dans la presse: Le Monde et Nice Matin, et voici le communiqué du collectif Vigilance-Mercantour. Pour plus de détails, voir leur site : http://www.vigilance-mercantour.fr/

– « Si ce projet ne fait pas l’objet d’un consensus, nous en resterons là ! Eric CIOTTI, président du CG06 en réunion plénière le 23 janvier 2009.

Après la tenue de différents groupes de travail auxquels ont participé des membres du collectif Vigilance-Mercantour, la 3e réunion plénière de concertation se tenait ce jour.

Nous pouvons dire ce soir que le projet initial des Balcons du
Mercantour est abandonné par le Conseil Général des Alpes-Maritimes.
Pour autant, l’idée de proposer une grande traversée pédestre du
Mercantour reste à l’ordre du jour et sera élaborée dans les futures
réunion des groupes de travail.

Les membres du comité Vigilance-Mercantour y siégeront en tant
qu’interlocuteurs de 1er plan, sinon privilégiés. Nous continuerons à
nous baser sur le projet alternatif et son cahier des charges
http://vigilance-mercantour.fr/balcons/documents/GTM_Prescriptions.pdf
développé sur notre site.

La mobilisation des manifestants à Rabuons et au CADAM en octobre,
les plus de 4500 signataires de la pétition et les participants aux forums de discussion voient aujourd’hui le fruit de leurs efforts.
L’action continue, sous un jour plus positif évidemment, pour proposer un itinéraire exemplaire dans sa conception environnementale.

– Lire l’article Menaces sur le Mercantour

1 commentaire

Répondre à michèle van Panhuys-Sigler Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *