Les tourbières, championnes du stockage de CO2

Une tourbière stocke en moyenne 1 450 tonnes de carbone à l’hectare : c’est beaucoup plus que n’importe quel autre écosystème ! Ces zones humides pourraient donc avoir un rôle capital dans la lutte contre le réchauffement climatique. C’est en tout cas ce qu’indique un rapport du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) publié le 5 juin […]

Lire la suite de l’article sur le site Campagnes et environnement

2 commentaires

  1. Les tourbières ne sont-elles pas des lieux où on peut observer la digestion anaérobie de végétaux ? Auquel cas, le CO2 serait remplacé par du CH4 et le bilan serait catastrophique sachant le pouvoir d’effet de serre nettement supérieur de celui-ci. Pour que le bilan soit positif, il faudrait que beaucoup de CO2 soit stocké et peu de méthane soit créé, dans un rapport d’au moins 10 ou 15. Quelqu’un a-t-il des données à ce sujet ?

    1. Le stockage du carbone dans les tourbières est un processus lent, voir très lent. Ce qui compte c’est la masse de carbone stockée globalement. Une partie est certes transformée en méthane plutôt qu’en CO2, mais à l’échelle de temps de la tourbière en phase d’accumulation, ce méthane est lui même transformé en CO2 dans l’atmosphère.
      Par contre la destruction des tourbière entraîne un déstockage important du carbone avec relargage accéléré du méthane.

      Daniel Mathieu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *