L’herbier toxique

Codes secrets pour plantes utiles. (Re)découvrez les plantes de mauvaise réputation dans cet ouvrage de Bernard Bertrand, aux éditions Plume de Carotte, paru fin octobre.

Codes secrets pour plantes utiles. (Re)découvrez les plantes de mauvaise réputation dans cet ouvrage de Bernard Bertrand, aux éditions Plume de Carotte, paru fin octobre.

Voici plus de 70 plantes empoisonneuses et leurs histoires inquiétantes ou invraisemblables mais toujours étonnantes. De la Belladone à la Pomme de terre on découvre que la toxicité est surtout une affaire de quantité. Il existe dans nos sociétés modernes une véritable méfiance par rapport à la toxicologie des plantes. Et pourtant, seulement huit plantes sauvages poussant sous nos climats sont mortelles pour l’homme ! Alors que le pourcentage des produits phytopharmaceutiques potentiellement mortels mis sur le marché dépasse largement les 50 %… Ce phénomène de méfiance envers les plantes est culturel, du moins en Occident. Pourtant la toxicité a beau être complexe, il n’en reste pas moins que les sociétés humaines l’ont côtoyé ; tout au long de leur histoire, sans pour autant que la science soit là pour l’éclairer de ses lumières ! Ce livre nous montre que la toxicité est bien moins dangereuse qu’on le croit et surtout qu’on le craint. Il se peut même qu’elle soit un des éléments vitaux de l’expression de la vie sur terre… Ce beau livre présente de magnifiques planches d’herbier, des vieilles gravures et des photographies des plantes.

A propos de l’auteur :
Bernard Bertrand est né en 1955 en Charente-Maritime, au sein d’une famille d’agriculteurs. À la sortie d’un BTS « Protection de l’environnement » (une des toutes premières promotions de Neuvic, en Corrèze), il s’installe avec sa compagne Annie-Jeanne près d’un petit village de la Haute-Garonne, Aspet, dans une maison abandonnée, avec les Pyrénées pour paysage. Là, au fil des années, ils reconstruisent patiemment la maison, les dépendances, les terrasses, le jardin, tout en vivant la passion qui les a réunis : collecter, apprendre et mettre en pratique des savoirs traditionnels respectueux de la nature.
Au début des années 1990, ils décident de transformer leur exploitation, déjà très atypique, en ferme de découverte nature. Parmi les outils qu’ils créent pour atteindre cet objectif, un jardin botanique extraordinaire, le jardin des Sortilèges, dont Annie-Jeanne a la charge, et une collection de livres d’ethnobotanique, pour « partager l’expérience accumulée ». Ce sera « Le Compagnon végétal », fantastique collection de monographies sur les belles sauvages oubliées, qui marque un véritable renouveau de l’édition ethnobotanique en France.
Aujourd’hui, il continue d’écrire et d’éditer ses livres du fin fond des pyrénées. Il parcourt la France pour défendre la richesse et les vertus des « mauvaises herbes » et milite pour que tout un chacun puisse se réapproprier toutes ces connaissances. Il est notamment président de l’association des amis de l’Ortie.

L’herbier toxique
Codes secrets pour plantes utiles

Format : 22,6 x 33,5 cm
192 pages ; Couverture cartonnée
pelliculée mat
Prix : 35€

Parution : 20 octobre 2009
Éditions Plume de Carotte

Visionner des extraits de l’ouvrage sur le site de l’éditeur

Pour commander l’ouvrage :
rendez-vous sur le site de l’éditeur.

1 commentaire

Répondre à Daniel Chicouène Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *