Biodiversité : le grand retour des naturalistes

Les grandes expéditions naturalistes sont de retour. En 2006, le Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) et l’organisation non gouvernementale Pro-Natura international avaient fait une première tentative avec la mission Santo, au Vanuatu, dans le Pacifique. Ils récidivent en lançant le programme « La planète revisitée », qui permettra d’explorer les forêts sèches du nord du Mozambique et les eaux froides de l’extrême sud de Madagascar, deux espaces jusqu’à présent restés à l’écart de la curiosité scientifique et dont tout laisse à penser qu’ils renferment une biodiversité singulière.

Deux hommes, l’océanographe Philippe Bouchet et le botaniste Olivier Pascal, portent l’aventure. Leurs longues-vues ou leurs microscopes ne vont pas se poser sur des espèces emblématiques « avec des poils et des plumes », mais sur cette biodiversité négligée composée d’invertébrés, d’insectes, de mollusques, de champignons… qui constitue le plus grand réservoir d’espèces à découvrir.

Lire l’interview de Philippe Bouchet du 23/10/09, propos recueillis par Laurence Caramel, sur le site du Monde.fr

Lire la présentation du projet « La planète revisitée, vers un renouveau des grandes expéditions naturalistes »

Site Internet : www.laplaneterevisitee.org

6 commentaires

  1. Même si le projet est très méritoire, il est dommage que Tela-Botanica véhicule l’idée que les naturalistes avaient disparu (puisqu’ils signent leur «grand retour») et que la voie de leur retour est outre-mer.

    1. disons que c’est le retour des naturalistes dans les média mainstream (téla ne fait que citer un article d’un grand quotidien).
      Un peu de pub pour notre domaine, c’est toujours bon à prendre…

  2. Je suis d’accord avec Péher. Il y a au MNHN des milliers voire des millions d’ insectes collectés lors d’expéditions et toujours en attente de détermination faute de moyens. Il y a probablement beaucoup d’espèces nouvelles dans ces stocks qui ont même disparues de la surface de la terre depuis leur capture.
    Cette opération n’est elle pas un coup médiatique saisie par des des opportunistes?

  3. Pour info, et pour ceux que cela intéresse, j’ai participé en tant qu’ethnologue à l’expédition « Santo 2006 » menée par ces deux mêmes personnes au Vanuatu. Il s’est agit d’une expédition « one shot » (dixit Ph. Bouchet) visant à inventorier en un temps record la biodiv de l’île de Santo et à démontrer aussi que cette formule (scientifiques/média/nature/contrées exotiques) fonctionnait et pouvait être appliquée ailleurs avec autant de succès… Après le départ des scientifiques, nous avons réalisé un film « Sevrapek city » sur la perception locale de cette expédition. Ce film est diffusé sur France Ô le 18 novembre à 20h30. Allez visiter le site ci-dessous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *