Quelques sites à visiter

Voici quelques sites Internet que nous font partager les telabotanistes. Site d'initiation à la botanique, de détermination... N'hésitez pas à donner votre avis sur ces sites en fin d'article.

Voici quelques sites Internet que nous font partager les telabotanistes. Site d’initiation à la botanique, de détermination… N’hésitez pas à donner votre avis sur ces sites en fin d’article.

Micropoa, clichés microscopiques des épillets
pas de alt pour cette image, sozProposer aux botanistes amateurs une série de clichés microcopiques originaux des épillets chez les principales espèces francaises de Poaceae en accord (ou en désaccord) avec les ouvrages consultés, tel est l’objet de ce site qui comporte de très nombres photos macroscopiques utiles à la détermination de cette famille, réputée « difficile ».
La majorité des pages est imprimable et tous les clichés peuvent être enregistrés. De nombreux liens, de type email, permettent aux consultants de signaler erreurs, imprécisions…
Ce site est régulièrement enrichi par ses auteurs et bénéficie du retour d’information de ses visiteurs.
www.micropoa.fr/ / D. & G.Carbonnel

Flore.rezeau.info
pas de alt pour cette image, sozBotaniste du pays de Montfort-sur-Meu (Ille-et-Vilaine), Joseph Rézeau nous fait découvrir la flore locale. Son ambition : identifier un maximum des quelques 350 à 400 espèces répertoriées par Louis Diard dans le secteur où il herborise.
173 espèces et plus de 400 photos sont mises en ligne à ce jour.
A noter : les photos sont libres de droit.

Paul.montagne.free.fr
pas de alt pour cette image, sozDécouvrez le monde de Lupa et ses huit sites botaniques :
Orchidées de la Lorraine calcaire, Flore protégée du Toulois, Flore des pelouses et lisières forestières chaudes du Toulois, Flore des forêts fraîches et vallons froids du Toulois, Flore des prairies et milieux humides du Toulois, Plantes invasives en Lorraine, Plantes toxiques en Lorraine, Plantes médicinales en Lorraine.
Plus de 1 200 espèces, accompagnées de leur caractéristiques y sont présentées, avec la possibilité de rechercher une espèce (nom scientifique ou nom vernaculaire).
L’occasion rêvée de découvrir la flore de Lorraine !

Plantes.sauvages.free.fr
pas de alt pour cette image, sozUn site très utile pour s’initier à la botanique et à la détermination des plantes. Leçons, jeux, poèmes… autour de la botanique.

Sites ressources :
La Toile botanique – la Garance Voyageuse
pas de alt pour cette image, soz(Re)découvrez en ligne cette rubrique de la Garance. Animée par Marc Philippe, la Toile botanique vous propose chaque trimestre des adresses de sites visités pour vous. Un guide de voyage web indispensable !

Plus de 250 sites naturalistes référencés sur le site de Tela Botanica.

Quels sont vos sites botanique favoris ?
Vous souhaitez faire découvrir aux autres membres du réseau un site Internet botanique que vous appréciez ?
Envoyez-nous un texte synthétique de présentation du site et nous le diffuserons :
– via l’espace rédacteur du site
– par mail à accueil@tela-botanica.org

7 commentaires

  1. J’ai fait un tour sur les 2 premiers, actuellement décevants (doivent bcp évoluer). Problèmes communs : pas d’échelle par photo, glt sans voir les caractères discriminants.
    -Micropoa : terminologie souvent erronée ou absurde (ex. Setaria « panicule en épi ») et nbx problèmes de liens ou d’erreurs de détermination (pas la référence suivie) + confusion entre description de photo et diagnose.
    -Montfort : j’ai cliqué sur « Atriplex patula », photo = prob. un Chenopodium.

    1. Merci à Daniel Chicouène pour ses encouragements et pour avoir signalé l’erreur de détermination pour le {Chenopodium} (c’est rectifié). Pour mes prochains spécimens j’essaierai de mieux mettre en évidence les caractères déterminants.

    2. On a beau être un scientifique éminent et critiquer un travail qui me semble innovant, il est des termes qui choquent.
      Faut-il pour prouver ses compétences utiliser un vocabulaire plus que vexant.
      Absurde signifie qui manque de logique ou de sens commun.
      L’absurdité ne serait-elle pas dans les propos plutôt que dans le travail effectué.
      Aujourd’hui les initiatives par les botanistes non reconnus, justement à cause de remarques aussi désobligeantes deviennent rares.
      Pourtant la sciences peut être l’œuvre des plus humbles aussi.
      Un botaniste amateur qui a aussi des choses à dire.

    3. Bonjour,

      Pour la sétaire, j’aurais dit « panicule spiciforme », et je ne vois pas ce qu’il y a d’absurde dans « panicule en épi ». C’est simplement ambigü… Il faudrait dire « panicule en forme d’épi », ou « ayant l’apparence d’un épi ». Le problème sous-jacent est celui du double sens de bien des mots, l’un botanique et l’autre dans la langue générale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *