La pomme de terre OGM Amflora dans nos champs ?

La Commission européenne a autorisé mardi 2 mars 2010 la culture de la pomme de terre génétiquement modifiée Amflora. Cette décision
a suscité de nombreuses réactions, dont celle du Gouvernement Français qui saisit le Haut Conseil des biotechnologies (HCB).

Après la décision de la Commission européenne d’autoriser la culture d’une pomme de terre transgénique, les réactions n’ont pas manqué. Principe de précaution, craintes des OGM, intérêt économique et recherche stratégique se mêlent, 12 ans après la dernière autorisation d’un OGM en Europe. BASF, son créateur assure qu’Amflora ne servira pas à l’alimentation humaine, mais la présence d’un gène de résistance aux antibiotiques attise les inquiétudes… Retour sur une pomme (de terre) de discorde.

Le 2 mars, la Commission européenne autorisait la culture de la pomme de terre transgénique Amflora à destination de l’industrie et de l’alimentation animale. Elle laissait toutefois la décision d’accepter ou non cet OGM à chaque Etat membre. Actuellement, trois Etats (Belgique, Italie et Autriche) ont fait part de leur opposition à cette culture. La France, quant à elle, réserve son jugement en attente de l’avis de son Haut Conseil des Biotechnologies. D’autres pays « sont d’ores et déjà prêts à l’utiliser » selon les dires de BASF : l’Allemagne, les Pays-Bas, la République Tchèque et la Suède.

Lire la suite de l’article du 5 mars 2010, par Grégoire Macqueron, sur le site Futura-sciences.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *