François Billy nous quitte…

François Billy s'est éteint le Lundi 29 mars au soir.

François Billy s’est éteint le Lundi 29 mars au soir.

Avec lui disparaît un botaniste et phytosociologue auvergnat de grande qualité. Il a laissé une oeuvre considérable derrière lui : ses travaux sur la végétation de la Basse-Auvergne, publiés dans le bulletin de la S.B.C.O. resteront une référence phytosociologique majeure pour le nord du Massif Central ; en particulier les forêts et leurs lisières (1998) ; prairies et pâturages (2000) ; végétations pionnières (2002), végétations annuelles nitrophiles (2007).

Ceux qui ont pu, nombreux, le côtoyer sur le terrain, n’auront pas manqué de noter son excellent niveau floristique ; plusieurs publications sur des genres difficiles (Hieracium, Thymus) font référence pour cette région.

F. Billy a légué en 2006 aux herbiers universitaires de Clermont-Ferrand une importante collection de plantes vasculaires représentant près de 70 ans d’herborisations à une période charnière pendant laquelle la végétation s’est énormément transformée, depuis l’avant-guerre jusqu’à l’aube du 21ème
siècle. Cet herbier est riche de nombreuses plantes rares du Massif Central ou d’autres régions d’Europe.

François Billy a participé activement aux efforts déployés pour la
conservation de la nature et des sciences naturalistes ; il fut notamment pendant de nombreuses années un membre efficace du Conseil scientifique régional du patrimoine naturel. Il transmettait avec désintéressement ses données floristiques ou phytosociologiques aux associations naturalistes et aux institutions qui les lui demandaient.

Membre et conseiller aux comptes de notre Institut, il nous a donné
beaucoup de son temps, nous a fait partager sa grande expérience de
terrain, ses opinions et réflexions botaniques et phytosociologiques, particulièrement pertinentes.

Mais François Billy nous manquera aussi pour ses qualités humaines, sa disponibilité, une certaine assurance mêlée d’humilité, et son humour toujours renouvelé.

Gilles Thébaud
Conservateur des herbiers universitaires de Clermont-Ferrand

1 commentaire

  1. Son travail sur les hieraciums du massif central est un outil formidable qui m’a permis de totalement « débroussaillé » ce genre dans ma région de prospection

    Ce genre de botaniste capable de cibler un groupe est très précieux…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *