Jachères apicoles au secours des abeilles : réactions des télabotanistes

Nous avons publié [un article le 7 juillet->3819] invitant à visiter le site Internet "Jachères apicoles" suite à un article paru dans la revue "Sciences & vie" du mois de juin. Plusieurs d'entre vous nous ont fait part de leurs réactions sur ce site créé en fait par la société BASF.

Nous avons publié un article le 7 juillet invitant à visiter le site Internet « Jachères apicoles » suite à un article paru dans la revue « Sciences & vie » du mois de juin. Plusieurs d’entre vous nous ont fait part de leurs réactions sur ce site créé en fait par la société BASF.

En effet, vous trouverez en pièce jointe la fiche AFNIC du site internet « jacheres-apicoles.com » avant que la CNIL n’impose la possibilité de rendre anonyme le titulaire du nom de domaine (2008), indiquant que le titulaire du nom de domaine est BASF Agro.

Le 8 juillet 2010 – Lefrançois
La philosophie de ce site est à priori très louable, sauf quand on regarde les recommandations de cultures pour les mélanges apicoles. Ils préconisent l’utilisation de produits phytosanitaires (glyphosate et antigraminées foliaire) ! à destination des adventices certes, mais la logique me parait contradictoire avec l’objectif de sauvegarde de la biodiversité.

Le 12 juillet – Charlotte / Rucher Des Bordes
Effectivement, on peut se demander la légitimité de ces propositions qui émanent directement de BASF « The Chemical Company », entreprise a de maintes reprises en procés avec les apiculteurs. Ce site web a été créé, est détenu et géré par BASF. Son responsable serait en partie salarié de BASF.

Voici quelques références « honnêtes » concernant les jachères apicoles qui
servent aussi à tous les pollinisateurs :

– « Des plantes utiles aux abeilles », de Christian Royan et Lionel Roth. Ed
ADAIF (Association de Developpement de l’Apiculture en Ile de France)
– « Jachères apicoles et jachères fleuries : la Biodiversité au menu de
quelles abeilles? » Serge Gadoum, Michaël Terzo, Pierre Rasmont. Courrier de
l’Environnement de l’INRA n°54, Septembre 2007.
– « Jardinez avec les insectes », Vincent Albouy, ed. du Terran.
– « Les plantes bio-indicatrices » (tome 1 et 2) par Gérard Ducerf, ed. Promonature.

Si vous souhaitez prendre des exemples d’entreprises qui travaille mieux que BASF, voici une entreprise intéressante : http://www.novaflore.com

Daniel Mathieu
Tela Botanica

2 commentaires

    1. J’ai quelques remarques à formuler après la lecture d’une plaquette de nova flore : je pense que le discours n’est pas très claire au sujet de la différence entre agriculture intensive et agriculture extensive.
      1) Quand on lit : « Lannée 2007 a mis en évidence la situation instable desstocks mondiaux de matières premières alimentaires et rappelle que l’agriculture se doit d’être productive ». Alors l’agriculture productiviste ne doit pas être remise en cause ?
      2) Quand on lit :  » l’utilisation de produits phytosanitaires contribue au maintien de l’équilibre, entre la production et la demande en denrées alimentaires, et ce à l’échelle mondiale. » Alors l’agriculture biologique est inadequate ?
      3) Quand on lit :  » Dans les zones de production extensives, l’impact négatif sur l’environnement se démultiplie dès lors que l’on y associe la suppression des zones refuges (haies, bandes enherbées, friches…). Alors on veut nous faire croire que l’agriculture extensive joue le même rôle que l’agriculture intensive ?
      4) L’utilisation du glyphosate est aussi proposé dans le guide technique…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *