L’art d’acclimater les plantes exotiques

LIVRE / Le jardin de la Villa Thuret. Quand un jardin botanique se dévoile... À découvrir aux éditions Quae.

LIVRE / Le jardin de la Villa Thuret. Quand un jardin botanique se dévoile… À découvrir aux éditions Quae.
Si les arbres du jardin Thuret savaient parler, quelles histoires ils pourraient nous conter ! Défilé de visages aux regards curieux, succession de modes de culture et d’usages, visiteurs aux costumes changeants. Depuis cent cinquante ans, des milliers de plantes ont été invitées à séjourner au cap d’Antibes sous le regard attentif des botanistes et des jardiniers. Certaines s’y sont tant plu qu’elles ont fondé famille et, façonnant le paysage de la Riviera, ont transformé à jamais une terre ingrate en un paradis de verdure.
Pénétrons dans ce monde vertical et écoutons son histoire…

Sommaire :

<em>photos extraites du livre</em>« /><figcaption><em>photos extraites du livre</em></figcaption></figure>
<p>Remerciements<br />
Préface<br />
Cent cinquante ans d’acclimatation sur la Côte d’Azur<br />
Petite histoire du monde végétal<br />
Gustave Thuret et la Côte d’Azur<br />
La succession de Gustave Thuret<br />
Des plantes d’ailleurs pour le monde de demain<br />
La découverte botanique du jardin Thuret<br />
Ambiances<br />
Un monde vertical – Visite guidée des familles emblématiques et de quelques arbres remarquables<br />
Pour en savoir plus<br />
Glossaire<br />
Espèces citées présentes à la villa Thuret<br />
Liste des principales espèces de la villa Thuret</p>
<p><em>Informations techniques :</em><br />
<strong>L’art d’acclimater les plantes exotiques</strong><br />
<strong>Le jardin de la Villa Thuret</strong><br />
Catherine Ducatillion, Landy Blanc-Chabaud<br />
Photographié par Christian Slagmulder<br />
Éditeur Quae, août 2010<br />
<em>Livre relié<br />
Nb de pages : 192<br />
Format : 21 x 24 cm</em><br />
<em>ISBN-13 :</em> 978-2-7592-0681-0<br />
<em>Prix indicatif :</em> 29,50 €</p>
<p>– Commander l’ouvrage sur le <a href=site des éditions Quae

2 commentaires

    1. lorsque l’on voit un endroit pareil (paradis vert) on ne peut que s’emerveiller devant la prouesse de l’homme qui l’a conçu je reste en admiration devant de tels splendeurs même s’il a fallu pour cela substituer quelques espèces autochtones. alors encore bravo à ses jardiniers et à leurs conseillers ou créateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *