Succès de la candidature française pour accueillir à Montpellier le siège d’un Consortium mondial de la recherche agricole pour le développement

La candidature Montpelliéraine :
une collaboration exemplaire entre les
niveaux national et régional (Etat, collectivités
territoriales, Etablissements de recherche).
La France a fait part dès la fin de l’année 2008 de son
souhait de se porter candidat pour héberger le futur siège du Consortium GCRAI[[GCRAI : Groupe Consultatif pour la Recherche Agricole Internationale]]. Très rapidement un groupe d’acteurs
s’est mobilisé en région comme au niveau national :
établissements scientifiques, Conseil Régional Languedoc-
Roussillon (LR), Agglomération de Montpellier, Préfecture
de Région LR, Ministères concernés (MESR, MAEE, MAAP)
sous la supervision de Matignon. Sur un plan opérationnel,
l’ensemble de ces acteurs a mandaté Agropolis
International afin d’organiser et coordonner le projet et le
MAEE pour soumettre la candidature française.

Les différentes étapes de la procédure de candidature ont
donné lieu à une mobilisation collective et coordonnée :
rédaction de courriers, prises de contact (y compris un
voyage du Président G. Frèche aux USA), réalisation de
documents de communication, etc… Finalement, le dossier
technique de candidature a été déposé en août 2010.
Dossier transmis sous couvert d’un courrier de M. B.
Kouchner et soutenu par un courrier du Président de la
République, M. N. Sarkozy, adressé au Président du
Consortium GCRAI, M. C. Perez del Castillo.
Les autres villes candidates aux côtés de Montpellier
(retenues après une première étape de sélection) étaient
Nairobi, New Dehli, Addis Abeba et Rome.

L’engagement du Conseil régional Languedoc-Roussillon
– Financement des investissements liés à
l’implantation du consortium du GCRAI (construction
d’un nouveau bâtiment basé sur le campus
Agropolis, équipements…)

L’engagement de l’Agglomération de Montpellier
– Mise à disposition de bâtiments pour proposer des
solutions d’hébergement provisoire en attendant la
construction du bâtiment neuf

L’engagement de l’Etat
– Soutien politique explicite du gouvernement et des
ministères concernés (MESR, MAEE, MAAP)
– Engagement pour l’octroi d’un accord de siège
(statut fiscal spécial)

Le succès de Montpellier : une reconnaissance mondiale et des enjeux considérables

La visibilité et la notoriété du pôle scientifique « agro-
environnement » représenté par Agropolis International,
ainsi que l’environnement académique régional formé par
les Universités et les grands organismes de recherche ont
été des atouts majeurs dans la candidature française.
Le choix de Montpellier est sans nul doute une
reconnaissance au niveau international qui fait
aujourd’hui de notre région la capitale mondiale de la
recherche en agriculture.
L’arrivée du Consortium GCRAI à Montpellier est
évidemment porteuse de nombreux enjeux et ouvre de
grandes perspectives pour notre communauté scientifique
et pour la région en général :

– La recherche agronomique française est reconnue dans
le monde entier mais insuffisamment impliquée dans
les dispositifs internationaux de recherche pour le
développement. Le choix de la France comme lieu
d’installation du siège du Consortium GCRAI offre de
nouvelles opportunités de développement de
coopérations à l’échelle mondiale tant en termes de
recherche que de formation.

– Ce choix est également un facteur de diversité dans un
domaine multilatéral dominé par les modèles issus des
universités anglo-saxonnes. Plusieurs pays du Sud, pas
seulement francophones, ont signifié leur intérêt pour
une telle ouverture du système international vers
d’autres références et d’autres approches, comme
celles qui identifient l’école française d’agronomie, sa
tradition d’approches systémiques et ses nouvelles
orientations pour une production écologiquement
intensive.

– L’hébergement du Consortium GCRAI au sein du
campus Agropolis International contribuera aussi à
dynamiser l’ensemble de la communauté scientifique
régionale concernée par les questions liées au monde
biophysique et à sa gestion par les sociétés humaines
(agriculture, alimentation, biodiversité, adaptation au
changement climatique, gestion des ressources en eau,
etc.). Il s’agit bien évidemment d’un atout majeur
dans la perspective de construction d’un grand campus
scientifique régional (Opération Campus et Grand
Emprunt) notamment en renforçant significativement
sa stature internationale.

Pour plus d’information
Télécharger le communiqué de presse (PDF, 63 ko)
Contacts :
– B. Hubert, Président d’Agropolis International, hubert@agropolis.fr
– N. Villemejeanne, Chargée de communication Agropolis
International, villemejeanne@agropolis.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *