Aperçu sur la Taxonomie, l’Ecologie et la phylogénie du genre Erodium dans le bassin méditerranéen

Guy-Georges GUITONNEAU propose une Synthèse des travaux récents sur le genre Erodium L'Hér. avec clés de détermination des principales espèces et de leur répartition dans le bassin méditerranéen.

Guy-Georges GUITONNEAU propose une Synthèse des travaux récents sur le genre Erodium L’Hér. avec clés de détermination des principales espèces et de leur répartition dans le bassin méditerranéen.

Le sous-genre Erodium, à fruits anémochores est le moins représenté (8 espèces principales) tandis que le sous-genre Barbata à fruits zoochores est largement diversifié avec plus de 65 espèces principales et il est subdivisé en 3 sections en fonction de la forme des feuilles :
– simples et peu divisées dans la section Malacoidea,
– simples et lobulées dans la section Absinthioidea
– composées pennées dans la section Cicutaria.

Ensuite, les caractères distinctifs reposent sur le caractère annuel-vivace et la morphologie de la fovéole et des sillons infrafovéolaires sont des caractères très discriminants. Les essais de croisements sont aussi rappelés mais des études biochimiques et génétiques sont encore nécessaires au niveau de plusieurs espèces.

– Consulter l’intégralité de l’article « Aperçu sur la Taxonomie, l’Ecologie et la phylogénie du genre Erodium dans le bassin méditerranéen  » dans la rubrique Publications de Tela Botanica.
– Télécharger l’article au format PDF (46 pages, 4,5Mo).

Daniel Mathieu

—–
Photo d’illustration : E. pelargoniflorum Boiss. & Heldr. (Sub-gen. Barbata) © G.G. Guittonneau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *