Google Earth Engine veut aider à lutter contre la déforestation

À l'occasion du sommet de Cancun, Google met en ligne un service baptisé Google Earth Engine, une énorme collection d'images satellites des forêts de la planète, accompagnées d'outils logiciels pour les analyser. Présenté l'an dernier à Copenhague, le service est désormais accessible aux scientifiques et à des organisations environnementales.

À l’occasion du sommet de Cancun, Google met en ligne un service baptisé Google Earth Engine, une énorme collection d’images satellites des forêts de la planète, accompagnées d’outils logiciels pour les analyser. Présenté l’an dernier à Copenhague, le service est désormais accessible aux scientifiques et à des organisations environnementales.

Dans la dernière mouture de Google Earth (numéro 6), quelques images d’archives sont disponibles pour le grand public. À certains endroits, on peut comparer les vues d’une même zone prises à différentes périodes. Les professionnels travaillant sur la déforestation auront beaucoup plus avec la mise en ligne de Google Earth Engine qui réunit une énorme quantité d’images (Google parle de « trillions », c’est-à-dire probablement des milliers de milliards).

Cette base de données regroupe les photographies prises par les satellites Landsat durant 25 ans mais aussi d’autres collections de données, comme celles des spectromètres Modis (Moderate-Resolution Imaging Spectroradiometer) des satellites Aqua et Terra, de la Nasa.

Google Earth Engine inclut aussi des algorithmes qui permettent de réaliser en ligne des analyses sur ces images. Pour les institutions scientifiques ou autres, il est aussi possible, sur demande, de télécharger le logiciel (Earth Engine API) pour manipuler l’intégralité de la base de données. Google s’engage à fournir 10 millions d’heures de travail de CPU dans les deux prochaines années pour des projets de lutte contre les déforestations. Trois vidéos (en anglais), mises en ligne par Google, expliquent ces perspectives.

Lire la suite de l’article du 7 décembre 2010 par Jean-Luc Goudet sur le site Futura-sciences.com

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *