Biodiversité et science participative

Quelle place pour la science participative ? Quelles interactions entre "experts" et observateurs ? Quels résultats ? Quel avenir ? La Société Française d'Ecologie ouvre une tribune libre pour échanger vos idées, débattre sur vos points de vue : chacun est invité à s'exprimer via la partie commentaire très active.

Quelle place pour la science participative ? Quelles interactions entre « experts » et observateurs ? Quels résultats ? Quel avenir ? La Société Française d’Ecologie ouvre une tribune libre pour échanger vos idées, débattre sur vos points de vue : chacun est invité à s’exprimer via la partie commentaire très active.

La Nature en questions : Regards et débats sur la biodiversité

La Société Française d’Ecologie (SFE) met en ligne sur son site depuis Septembre 2010 une plate-forme multimedia dédiée au dialogue entre scientifiques et citoyens, baptisée ‘La Nature en questions : Regards et débats sur la biodiversité’. Préparée avec le soutien de l’Institut Ecologie et Environnement du CNRS (INEE), celle-ci propose au grand public et aux scientifiques de toutes disciplines de courts textes et interviews d’experts – scientifiques mais aussi gestionnaires, représentants d’ONG… -, exprimés dans un langage clair et soumis au débat dans des forums ouverts à tous.

L’édition d’un recueil d’une quarantaine de ‘regards sur la biodiversité’ est en préparation. Par ailleurs, des articles de synthèse pourront/devront résulter de ce dialogue entre chercheurs, experts et grand public.

Retrouvez la présentation de la plateforme multimédia de la Société Française d’Ecologie

Biodiversité et science participative

Un des « regards » proposés sur cette plateforme d’échanges est consacré à l’article « Biodiversité et science participative, de la recherche à la gestion des écosystèmes » de Anne Teyssèdre et Denis Couvet.

« Pour freiner l’érosion actuelle de la biodiversité, liée à l’expansion démographique et technologique rapide de notre espèce, les pays signataires de la Convention sur la Diversité Biologique (CBD) en 1992 se sont notamment engagés à identifier, suivre et analyser la dynamique des composantes de la biodiversité importantes pour sa préservation et son utilisation durable, ainsi que les processus et activités impliqués dans les changements de ces composantes [1]. Ils se sont aussi engagés à intégrer la gestion de la biodiversité dans celle des différents grands secteurs socio-économiques, à promouvoir la compréhension par le grand public des mesures environnementales, économiques et sociales nécessaires au maintien de la biodiversité à grande échelle spatiale et à soutenir les populations locales dans leur lutte contre la dégradation des écosystèmes dont elles dépendent [2].
Définie comme la collaboration entre une équipe de chercheurs et un vaste réseau d’observateurs ou d’expérimentateurs bénévoles, oeuvrant sur des thématiques de recherche variées, la science participative pourrait – par son mode de fonctionnement, la puissance de ses analyses, la pertinence sociale de ses synthèses et l’étendue potentielle de son domaine d’action – largement contribuer à la réalisation de ces grands objectifs.
 »

– Lire la suite de l’article sur le site www.sfecologie.org

Contribuez au débat :
– Laisser un commentaire sur le site www.sfecologie.org
– Faites-nous part de votre point de vue via l’espace commentaire de Tela Botanica ci-dessous.

En savoir plus :
– Voir le livret sur les programmes de sciences citoyennes, « Observons la Nature » par Tela Botanica

————
Photo d’illustration : Girl watching birds on the river by Leszek Nowak, mcleod on SXC.hu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *