Végétation de l’Auvergne, clef des principales alliances phytosociologiques

À télécharger / Découvrez ce guide de la végétation de l'Auvergne, avec correspondance code Corine et Natura 2000.

À télécharger / Découvrez ce guide de la végétation de l’Auvergne, avec correspondance code Corine et Natura 2000.
Ce guide de 45 pages réalisé par Stéphane Cordonnier est disponible en téléchargement sur le site du Conservatoire d’espaces naturels d’Auvergne (PDF, 315 ko).

Végétation de l’Auvergne, clef des principales alliances phytosociologiques
Extrait du préambule
« Ce document est un essai de synthèse des données phytosociologiques actuellement publiées concernant
l’Auvergne. Il a donc pour objectif de définir les principales unités de végétations.
Il a d’abord été construit à partir des 4 remarquables ouvrages de notre phytosociologue régional François Billy
(La végétation de la basse Auvergne, 1988 – les forêts et leurs lisières en basse-Auvergne, 1997 – Prairies et
pâturages en Basse-Auvergne, 2000 – Végétation pionnières en Basse-Auvergne, 2002/ édités par la SBCO).
Il a ensuite été complété par le synopsis phytosociologique national de P.Julve (1992), la liste des alliances
phytosociologiques figurant dans l’atlas de la flore d’Auvergne (CBNMC, 2006) et par les expertises réalisées
par le CBNMC (2001-2008) sur des habitats naturels d’intérêt communautaire (source site internet DIREN
Auvergne).
Ont été également consultés les cahiers d’habitats natura 2000 (site internet natura 2000), le guide de la
végétation du bassin parisien (Bournerias et al., 2001), les catalogues des végétations du parc du pilat et de
monts d’ardèche (CBNMC).
La difficulté principale de synthèse réside dans l’utilisation de différents synsystèmes selon les auteurs, ce qui
rend les équivalences entre syntaxons parfois délicats, ainsi que dans l’absence de structuration dans la
présentation des ensembles caractéristiques de chaque niveau hiérarchique (classe, ordre alliance..-sauf dans la
publication de Julve). Le synsystème final utilisé est celui du Prodrome des végétations de France. »

Stéphane Cordonnier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *