Fiche pratique : dynamiser sa communauté

THEORIE / Vous avez un projet et des personnes intéressées ? Vous souhaitez échanger des connaissances, partager des données, mener une réflexion à plusieurs sur un sujet ? Vous pouvez d'ores et déjà créer ou rejoindre un projet sur le réseau Tela Botanica, mais comment créer une bonne dynamique autour de celui-ci ?

THEORIE / Vous avez un projet et des personnes intéressées ? Vous souhaitez échanger des connaissances, partager des données, mener une réflexion à plusieurs sur un sujet ? Vous pouvez d’ores et déjà créer ou rejoindre un projet sur le réseau Tela Botanica, mais comment créer une bonne dynamique autour de celui-ci ?

Le réseau Tela Botanica met à disposition des outils pour faciliter l’échange de savoirs et la création de contenus. Vous pouvez rejoindre le réseau et vous renseigner sur les projets en cours et les [modalités de création d’un projet->[http://www.tela-botanica.org/page:informations_sur_les_projets#infoprojets_creer_projet] dans l’univers Projets. Une fois inscrit au réseau, votre projet créé et quelques personnes rassemblées, il ne reste plus qu’à animer l’ensemble.
Voici quelques astuces qui vous permettront de commencer sereinement :

Au niveau du projet

– Formuler et expliciter les objectifs et leurs échéances
– Favoriser l’émergence de nouveaux thèmes, projets et idées
– Minimiser les besoins de départ : fixer de petits objectifs réalisables
– Proposer un historique des décisions, réunions, etc.
– Créer un environnement d’abondance : contenu abondant, productions sous licences libres pour favoriser la création de biens communs

Au niveau des outils

– Établir des règles de conduite
– Mettre en place progressivement les outils
– Proposer des modes d’emploi, de l’aide, des temps de formation…

Au niveau de l’animation

– Rendre visible l’activité du groupe : synthèses, reformulation, historique, actualités régulières
– Créer des occasions pour faire évoluer les habitudes : écrire des mails uniquement avec les outils du groupe, poster les documents sur l’espace du projet, etc.
– Faciliter le passage à l’acte : répondre à un mail, un questionnaire, corriger un contenu
– Synthétiser, reformuler, jardiner l’espace de travail

Au niveau des personnes

– Se connaitre les un les autres : rencontre physique, remplir la page profil, etc.
– Citer tous les contributeurs : la reconnaissance et l’acquisition de savoir faire motivent à agir
– Abaisser le seuil d’implication au projet : procédures d’adhésion simplifiée, possibilité de désengagement
– Réconcilier l’intérêt individuel et l’intérêt collectif : rendre visible les mécanismes, établir une stratégie gagnant/gagnant, questionner les personnes sur leurs objectifs
– Accueillir les nouveaux : parrainage, guide, situer l’aide, etc.

Ces quelques conseils vous permettront de contourner les principaux freins à la participation comme le manque de temps, de motivation, de reconnaissance, la peur de se faire piller les informations partagées ou d’utiliser des outils inconnus, etc.
Soyez attentif à ne pas trop solliciter les participants du projet et à rendre claires et concises les informations que vous diffusez.
Essayez de ne pas prendre en charge toutes les tâches du groupe mais apprenez à laisser faire les autres et vous adapter au rythme de celui-ci.

Fiche pratique réalisée par Violette Roche (Pl@ntNet), d’après les contenus de formation d’Outils-réseaux.

Ressources complémentaires :
Le site d’outils-reseaux.org
Le blog de Jean-Michel Cornu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *