Nouveaux plans nationaux d’actions relatifs à des espèces végétales

Une mise en consultation du public jusqu'au 23 septembre concernant trois nouveaux plans nationaux d'actions relatifs à 3 espèces végétales considérées comme "CR" en danger critique d'extinction dans la liste rouge mondiale de l'UICN.

Une mise en consultation du public jusqu’au 23 septembre concernant trois nouveaux plans nationaux d’actions relatifs à 3 espèces végétales considérées comme « CR » en danger critique d’extinction dans la liste rouge mondiale de l’UICN.

Depuis plus de quinze ans, le ministère en charge de l’écologie développe des plans nationaux d’actions (PNA) en faveur des espèces menacées. A ce jour, 72 PNA sont en cours de rédaction ou de mise en œuvre sur le territoire français.

Les Plans nationaux d’actions sont définis par l’article L. 414-9 du code de l’environnement. Ils visent à organiser un suivi cohérent des populations de l’espèce ou des espèces concernées, à mettre en œuvre des actions coordonnées favorables à la restauration de ces espèces ou de leurs habitats, à informer les acteurs concernés et le public et à faciliter l’intégration de la protection des espèces dans les activités humaines et dans les politiques publiques. Dans certains cas, lorsque les effectifs sont devenus trop faibles, des opérations de renforcement des populations ou de réintroduction s‘avèrent nécessaires et sont prévues dans le cadre des plans nationaux d’actions.

La loi de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement du 3 août 2009 (n°2009-967) a fixé comme objectif, dans son article 23, « la mise en place d’ici à 2013 de plans de conservation ou de restauration compatibles avec le maintien et le développement des activités humaines afin de protéger les espèces végétales et animales en danger critique d’extinction en France métropolitaine et outre-mer, dont 131 ont été recensées en 2007 ».

Parmi ces espèces figurent Bactris nancibaensis et Astrocaryum minus , palmiers endémiques du bassin amazonien. Ces deux espèces sont par ailleurs protégées en Guyane en application de l’article L. 411-1 du code de l’environnement.
La Buglosse crépue (Anchusa crispa Viv.) y figure également. C’est une plante de la famille des boraginacées endémique de Corse et Sardaigne, qui se rencontre sur le littoral au niveau des hauts de plage. En Corse, cette espèce est uniquement présente sur 6 localités en Corse-du-Sud. Cette espèce est protégée sur l’ensemble du territoire français en application de l’article L.411-1 du code de l’environnement et est inscrite aux annexes II et IV de la directive européenne « Habitats-faune-flore » (directive 92/43/CEE).

Accéder aux projets de plans nationaux d’actions :
Projet de plan national en faveur de la buglosse crépue (Anchusa crispa).
Projets de plans nationaux d’actions en faveur de deux espèces végétales endémiques amazoniennes (Bactris nancibaensis et Astrocaryum minus).

—-
Photo d’illustration : Anchusa crispa, Jean-Pascal Milcent, licence CC (by-sa). Illustration tirée de la bibliothèque du carnet en Ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *