Le site jagispourlanature.org ouvre le dialogue entre experts et grand public

La plateforme d'écovolontariat "jagis pour la nature" ouvre un forum dédié aux sciences participatives, permettant à tous ceux qui s'intéresse au sujet d'échanger et d'aller plus loin dans la réflexion.

La plateforme d’écovolontariat « jagis pour la nature » ouvre un forum dédié aux sciences participatives, permettant à tous ceux qui s’intéresse au sujet d’échanger et d’aller plus loin dans la réflexion.

En octobre 2009, Tela Botanica organisait un colloque national sur les sciences citoyennes et ouvrait un espace projet avec une liste de discussion sur son site Internet. Afin de donner plus de visibilité à cette démarche, Tela a répondu présent à l’appel à collaboration de la Fondation pour la Nature et l’Homme (FNH). L’espace projet « sciences citoyennes et biodiversité » sera fermé sur le site de Tela mais l’ensemble des participants pourront continuer à discuter plus largement sur le tout nouveau forum de la plateforme « jagispourlanature » : www.jagispourlanature.org/forum

jagispourlanature.org, est un site Internet gratuit d’aide à l’action grand public pour l’environnement créé par la Fondation pour la Nature et l’Homme (FNH) et l’association « A Pas le Loup ». Ce site publie les petites annonces de plus de 70 associations et gestionnaires d’espaces naturels à la recherche de bénévoles pour les aider dans le cadre de leurs missions de préservation de la nature. Chaque mois, une centaine d’actions sont ainsi proposées aux internautes. Parmi elles, des projets de sciences participatives. Pour accompagner les nombreux adeptes de cette nouvelle forme d’écovolontariat autonome, jagispourlanature.org ouvre un forum dédié aux sciences participatives, animé par l’équipe de Tela Botanica.

Ces projets permettent aux citoyens d’agir pour la nature, à côté de chez eux et en totale autonomie, en rejoignant un réseau virtuel d’observateurs d’un phénomène ou d’une espèce. Après avoir téléchargé le protocole de l’action de sciences participatives, l’écovolontaire est invité à relever, à son rythme, les indices précis sélectionnés par l’organisateur et à envoyer ses résultats par Internet. Les données sont ensuite traitées par des bases de données en lien avec un laboratoire de recherche, le Muséum national d’Histoire naturelle ou un organisme privé. L’objectif des sciences participatives est de démultiplier les observations sur tout le territoire français, tout en impliquant activement les gens pour mieux les sensibiliser.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *