Convaincre de l’utilité d’une sylviculture tropicale

Les connaissances acquises depuis plus de 100 ans dans le domaine de la sylviculture tropicale sont très peu prises en compte par les gestionnaires des forêts. Pourtant il est urgent de convaincre. De nouveaux acteurs tout comme de possibles compensations du coût de la sylviculture pourraient faire effet de levier. C'est ce qu'ont montré les experts lors de la conférence internationale « Priorités de recherche en sylviculture tropicale : vers de nouveaux paradigmes ? » organisée à Montpellier du 15 au 18 novembre dernier.

Les connaissances acquises depuis plus de 100 ans dans le domaine de la sylviculture tropicale sont très peu prises en compte par les gestionnaires des forêts. Pourtant il est urgent de convaincre. De nouveaux acteurs tout comme de possibles compensations du coût de la sylviculture pourraient faire effet de levier. C’est ce qu’ont montré les experts lors de la conférence internationale « Priorités de recherche en sylviculture tropicale : vers de nouveaux paradigmes ? » organisée à Montpellier du 15 au 18 novembre dernier.

En forêt tropicale, l’exploitation rime-t-elle forcément avec dégradation ? La réponse est non. Les exposés de la conférence internationale IUFRO « Priorités de recherche en sylviculture tropicale : vers de nouveau paradigmes ? » organisée à Montpellier du 15 au 18 novembre dernier l’ont clairement démontré. En effet, d’une part, les forêts exploitées selon de bonnes pratiques de gestion conservent une forte biodiversité et d’autre part, des interventions sylvicoles après exploitation permettent d’assurer une production soutenue et durable de produits forestiers. Mais à l’heure actuelle, les recommandations formulées par la recherche ne sont pas appliquées par les gestionnaires. Comment alors inciter ces derniers à mettre en œuvre une sylviculture ? C’est là tout l’enjeu de la recherche qui a été mis en exergue lors de la conférence.

> LIRE LA SUITE DE L’ARTICLE

– Le coût de la sylviculture de demain : une contrainte à prendre en compte
– La sylviculture : assurer un compromis entre production de biens et de services environnementaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *