Venue de profundis

En labourant son champ à Baignes, Jean-Marie Maignand a découvert... une mandragore.

En labourant son champ à Baignes, Jean-Marie Maignand a découvert… une mandragore.

La mandragore, de la famille des solanacées, tient quasiment de la mythologie, tant ses vertus et ses vices ont alimenté les croyances. Il ne devrait donc pas être étonnant d’en voir une réapparaître en cette période de Noël ! Jean-Marie Maignand, agriculteur à Baignes, a toutefois été très surpris de découvrir une de ces plantes en labourant un champ aux confins des deux Charentes. L’herbacée vivace ne pouvait passer inaperçue : elle mesure plus de 1 mètre de long et pèse 8,5 kg !

D’ailleurs, l’homme n’en croit toujours pas ses yeux : « Lorsque j’étais au lycée de Jonzac, mon prof de maths, botaniste passionné, nous avait fait tout un exposé sur cette plante qui le fascinait. Cela m’avait marqué. Quand j’ai découvert cette énorme racine sous ma charrue, je me suis tout de suite souvenu de la mandragore. » Ni une ni deux, Jean-Marie Maignand s’est plongé dans les bouquins pour confirmer son hypothèse. Bingo.

Il a fallu nombre de précautions au laboureur pour sortir son trésor. Pensez ! La racine pivotante de 70 centimètres était solidement fichée dans le sol. « La moitié était enfoncée dans le calcaire, le reste dans la terre arable. Et les racines latérales, fines, mesuraient plus de 2 mètres de long ! Avec mon fils Florian, on a attaqué, avec mille précautions, à la barre à mine. »

Les feuilles de la mandragore tiennent de l’épinard, en corolle et bien vertes. Mais c’est surtout sa forme anthropomorphique qui retient l’attention. Imaginez une énorme carotte blanche avec une racine fourchue en forme de jambes. Ajoutez plus haut quelques rhizomes, qui ressemblent à des bras et une grosse tête… Il suffit alors qu’un embranchement se forme entre les « pattes », et la mandragore – pourtant monoïque – devient mâle ou femelle. Cet étrange aspect humain a ainsi longtemps laissé penser qu’elle était sexuée.

– Lire la suite de l’article sur le site internet de Sud Ouest

6 commentaires

  1. De la Mandragore en France métropolitaine dans un champ cultivé ???????

    J’ai de sérieux doutes….je parierai plutôt sur une Bryone de fort beau gabarit, surtout après avoir vu les photos de la racine sur le site de Sudouest

  2. Oui j’ai déja déterré une racine de bryone de cette taille et il s’agit plus certainement de cette espèce. La racine de bryone quelquefois anthropomorphe a aussi été utilisée pour sa ressemblance avec la mandragore. La mandragore en France est une plante je pense très rare à l’état sauvage.

  3. Je suis très sceptique quand à une génération spontanée de Mandragore en Charente! Qui a déterminé l’échantillon? Seule une analyse anatomique répondrait avec certitude. Car en décembre, il ne devait pas rester beaucoup de feuilles.
    J’ai effectivement introduit de la Mandragore dans le jardin médiéval de Dignac, mais celui-ci se situe à une bonne cinquantaine de km, et je sais d’expérience que la germination des graines n’est pas simple.
    Rappelons qu’il existe aussi des « fausses »-Mandragores comme la Bryone; je pense aussi à une racine d’Aristoloche.

    Michel Botineau
    Professeur de Botanique

    1. je suis un peu surpris de vos remarques je « cultive » dans mon jardin MANDRAGORA autumnalis depuis des années et c’est en hiver qu’elle a ses feuilles et ses fleurs… Quand aux graines elles lèvent spontanément et seul l’appétit des escargots et autres limaces empêche l’invasion de cette belle solanaceae dans mon jardin… Les fruits sont gouteux et assez lourds et je suis le seul à les consommer les autres animaux ne sont pas interessés, je pense que l’odeur doit les dérouter…

  4. La Mandragore n’existe pas en France à l’état spontané. De plus, normalement, la racine est brune extérieurement. Ce n’est pas le cas de la Bryone, très commune, blanche extérieurement et qui prend très rapidement de très grosses dimensions; G. D.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *