Le lampadaire mangeur de CO2

Une lampe aux algues qui absorberait la même quantité de CO2 que 150 arbres... qu'en pensez vous ?

Une lampe aux algues qui absorberait la même quantité de CO2 que 150 arbres… qu’en pensez vous ?

Une lampe capable d’absorber autant de dioxyde de carbone que 150 à 200 arbres. C’est la promesse du biochimiste français Pierre Calleja qui utilise l’action des micro-algues pour créer une lampe absorbant plus d’une tonne de carbone par an dans l’air.

Cette technologie est un bel exemple d’une photosynthèse utilisée au profit de l’homme :

pas de alt pour cette image, soz

Ainsi, cette lampe pourrait attirer les gaz à effet de serre dans les espaces ouverts mais également dans les espaces fermés tel que les garages ou les tunnels.

Actuellement, cette lampe est en phase expérimentale et installée à quelques points de pilotage dans l’attente d’obtenir des financements ou des compagnies partenaires pour sa production en masse. Cette technologie pourrait-elle rendre la lutte contre le réchauffement climatique facile comme appuyer sur un interrupteur et allumer la lumière ?

Dans cette vidéo, Calleja nous explique le principe sur lequel est basé son idée :

Seriez-vous prêt à installer ce genre de lampe chez vous ?
N’hésitez pas à poster vos commentaires dans l’espace prévu à cet effet en bas de page.

Audrey Tocco

14 commentaires

  1. «Cette technologie pourrait-elle rendre la lutte contre le réchauffement climatique facile comme appuyer sur un interrupteur et allumer la lumière ?»

    Je salue cette recherche très intéressante et certainement très indispensable dans les temps modernes de développement industriel accéléré.

    Cependant, dire aux gens qu’il suffit d’appuyer sur un interrupteur pour sauver la planète alors qu’on continue à rouler en 4×4 en ville, générer des tonnes de déchets par foyer, que les forets tropicales continuent à être détruites à une vitesse faramineuse c’est complètement absurde. ça ne fait que les déresponsabiliser et les détacher de leur environnement encore plus.

    Et encore une fois, je ne suis pas contre la démarche présentée, c’est surtout la manière de la présenter qui me révolte.

    1. Un bon scientifique devrait annoncer les chiffres de consommation électrique par rapport aux tonnes de CO2. Mais il semblerait que l’éclairage ne soit qu’un prétexte puisque ça devrait pouvoir fonctionner à la lumière du jour.
      C’est de toute manière encore une fuite en avant, ça permet de ne pas remettre en cause nos comportements qui détruiraient rapidement la planète si les 6 milliards d’humains faisaient tous comme nous.
      La réduction du CO2 doit d’abord se faire à la source, c’est à dire en consommant moins, mais c’est contraire au paradigme de notre société.

  2. Un projet intéressant et certainement utile pour les espaces clos comme les garages etc.
    mais l’aspect final de la vidéo avec le chercheur qui dit « j’en voudrais partout », bon, je comprends, mais ça fait un peu « plus besoin de forêt : on a du concentré d’algues » …
    Alors la recherche oui, mais pour moi la communication et les objectifs sont peut-être à revoir.

  3. Pour fonctionner la photosynthèse doit disposer de CO², mais aussi de lumière.
    D’ou vient la lumière dans un parking sous-terrain. Le rendement de la transformation de l’énergie lumineuse en tout autre forme d’énergie (électrique, …) est très faible (2 à 3 %) donc il faudrait que l’inventeur soit plus clair sur le cycle qu’il compte mettre en oeuvre pour faire fonctionner les lampadaires.

  4. Reportage intéressant, mais qui laisse penser que cette solution est miraculeuse. Hors il suffit de réfléchir un minimum:
    – la transformation de l’énergie électrique en énergie lumineuse se fait avec des pertes (sans compter les pertes sur le réseau).
    – d’où provient cette énergie électrique?
    – la transformation de l’énergie lumineuse en biomasse se fait également avec des pertes: donc au global on ne devrait pas avoir un rendement supérieur à quelques %
    – 1 T de CO2 par an , très bien, mais que fait t-on de cette biomasse? Aliment pour bétail? Mise en décharge?
    Bref, trop simplifié, pas approfondi, pas d’analyse critique, c’est dommage.

  5. Idée stupide pour ce qui est de la protection de l’environnement.
    Pour fonctionner, le lampadaire consomme de l’électricité (produite par des centrales thermiques émettrices de CO2? des centrales nucléaires émettrices de déchets radioactifs et d’une multitude de risques technologiques?) Une partie de la lumière émise par la lampe est absorbée par les algues d’où un rendement très faible certainement plusieurs fois inférieur à celui de lampes à basse consommation.
    Le seul intérêt, c’est en plein jour pour les systèmes installés en plein air lorsque la lampe est éteinte mais sûrement pas dans les garages.
    Si le système fonctionne, on produit des algues en quantité qui deviennent un déchet qu’il faut ensuite éliminer.
    Comment?
    En les rejettant dans la nature où elles vont se décomposer et relarguer tout le CO2 capturé?
    En les mettant en décharge où elles vont être incinérées en libérant la même quantité de CO2?
    Les forêts font beaucoup mieux: Elles ne consomment pas d’électricité et stockent le CO2 pour des décennies voire des siècles pour certaines espèces d’arbres.
    Quel serait le bilan si le système se généralisait?
    Consommation d’électicité accrue ; pas un gramme de CO2 ôté à l’atmosphère mais fortune de l’inventeur assurée.
    C’est probablement dans ce dernier point que réside l’idée.

    1. J’aurais pu faire exactement la même remarque.

      Je rajoute simplement que suis assez effaré qu’un chercheur puisse avoir une telle ignorance du cycle du carbone. Mais on ne dit que rarement que le problème de l’augmentation du CO2 n’est lié qu’à la libération du carbone fossile qui avait été piégé dans les carburants fossiles, mais aussi, dans une moindre mesure et plus facilement réversible, dans la biomasse totale (par la déforestation). Le cycle du carbone non piégé n’a rien à y voir. Il joue peut-être sur l’ensemble des gaz à effet de serre par la multiplication excessive des bovins, qui eux, libèrent du méthane, dont l’effet de serre est, parait-il, beaucoup plus élevé que celui du CO2.

  6. Dépeupler le monde est la seule solution à tous les problèmes que se crée l’humain, et il s’en crée autant qu’il en peut. On dirait que c’est son but dès qu’il vient au monde, se créer des problèmes et en créer aux autres. Le problème de la planète c’est l’humanité, trop d’humanité. Le problème des humains, c’est l’humain, trop d’humains. Un être humain n’a aucune utilité, s’il en a une c’est un esclave. Il suffit de ne pas en faire et le tour sera joué… En 50 ans, la durée de la ménopause, le problème pourrait être réglé. Cessons de fabriquer des esclaves!

    1. Je ne vois pas très bien le rapport avec l’esclavage, mais bon… Concernant le niveau d’humanité evoqué- en quantité et pas en qualité, hélas- où se situe l’auteur du message ? Dans les légitimes ou les illégitimes ? Si c’est la seconde solution, il y a tjrs des solutions, vous savez…
      Bon, soyons sérieux ; la question qui effectivement se pose c’est : »qu’est-ce qu’on fait des algues pour qu’elles ne relarguent pas leur carbonne patiemment stocké ? »

  7. Je reprends volontiers à mon compte trois points évoqués dans les commentaires ci-dessous:
    La surpopulation de la planète, même si je ne partage pas l’idée d’esclavage que l’auteur y rattache et si je ne vois pas les solutions qu’il propose.
    La déresponsabilisation que peut effectivement entrainer une solution apparemment aussi simple pour résoudre le problème d’effet de serre; permettant ainsi de poursuivre en bonne conscience la course en avant
    Enfin et surtout, le devenir de la biomasse élaborée par les algues; car il est évident que si elle n’est pas stockée durablement d’une manière ou d’une autre, le bilan de l’opération est nul. Ayant travaillé en écologie forestière, je peux confirmer l’avantage de la forêt, à condition toutefois que le bois soit utilisé
    comme matériau et non brûlé.

  8. MAIS COMMENT LES SCIENTIFIQUES DE HAUT VOL PEUVENT REFLECHIR TROP LONGTEMPS DEVANT UNE TELLE DECOUVERTE….COMME TOUJOURS CE BREVET VA ETRE VENDU A L ETRANGER ET NOUS DEVRONS ENSUITE PAYER 3 FOIS LE PRIX POUR IMPORTER LE PRODUIT ……..PAUVRE FRANCE ET SES FONCTIONNAIRES FRILEUX QUI FONT LA PLUIE ET LE BEAU TEMPS…….
    UN SI BEAU PAYS QUI SE MEURT DU MANQUE DE GNAQUE .
    BRAVO CHER MONSIEUR POUR CETTE DECOUVERTE QUI EST UNE REVOLUTION .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *