Les Yuccas naturalisés

Cet article de Marie Portas est une synthèse illustrée concernant les Yuccas susceptibles d'être rencontrés hors jardins en France métropolitaine, avec descriptions et clés d'identification.

Cet article de Marie Portas est une synthèse illustrée concernant les Yuccas susceptibles d’être rencontrés hors jardins en France métropolitaine, avec descriptions et clés d’identification.
Les Yuccas sont des Agavaceae comprenant 35/40 espèces (la systématique du genre n’est pas
très claire et varie selon les sources). Leur reproduction est dépendante d’une relation symbiotique avec de petits papillons.
pas de alt pour cette image, soz

Répartition

On les rencontre en Amérique du nord, centrale et dans
quelques îles des Caraïbes.
Avec leur région d’origine varient leurs limites en températures, résistance au manque d’eau.

– Les espèces aloifolia, gloriosa, filamentosa sont introduites dès le XVI-XVIIème en Europe
pour l’ornement et dans les collections botaniques.
– On note en Europe la présence de Yuccas se développant hors cultures. Ils sont parfois cités
comme «naturalisés» ou répertoriés dans des «listes d’invasives». Au sens large 5 espèces peuvent
être concernées : gloriosa et recurvifolia (souvent considérées comme une seule espèce) ,
filamentosa, aloifolia et elephantipes.

Il me semble inapproprié d’user du terme de naturalisé pour les yuccas rencontrés. Peut-être
serait-il préférable de les qualifier pour l’instant que ‘d’échappés de culture’ (= s’étant reproduite à
partir de graines ou végétativement non loin du lieu de culture, se maintenant faiblement, parfois
observée de manière fugace) ou de ‘subspontanée’ (= s’étant reproduite à partir de graines ou
végétativement et se maintenant parfois depuis longtemps -au-moins 10 ans- mais en se propageant
peu et en se mêlant faiblement à la flore indigène).

Le yucca, une invasive ?

Les yuccas semblent à ce jour ne pas représenter une menace telle qu’elle est définie dans les textes
concernant les invasives. Son apparence -c’est une plante très visible- et sa facilité de repérage -dans
les lieux non arborés où on la trouve le plus souvent- influencent beaucoup sa perception qui
mériterait d’être nuancée ou relativisée…

– Consultez l’intégralité de l’article « Notes concernant les Yuccas ‶naturalisés″, Aide à leur reconnaissance » dans la rubrique Publications du réseau de Tela Botanica.
– Téléchargez l’article au format PDF (15 pages, 140 Mo).

Marie Portas

——-
Photos d’illustrations : Marie Portas

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *