Parution du nouveau code International de nomenclature de botanique (code de Melbourne)

En juillet 2011 se réunissait à Melbourne la 18ème session de l'International Botanical Congress qui révise périodiquement le code de la nomenclature botanique. Le texte de ce code en langue anglaise a été publié le 20 décembre 2012 en édition papier et informatique

En juillet 2011 se réunissait à Melbourne la 18ème session de l’International Botanical Congress qui révise périodiquement le code de la nomenclature botanique. Le texte de ce code en langue anglaise a été publié le 20 décembre 2012 en édition papier et informatique

Dans un article paru en mars 2012 nous présentions les décisions importantes qui avaient été entérinées durant cette 18ème session de l’ICN concernant notamment la publication des diagnoses qui peut se faire en sous forme électronique et en anglais au lieu du latin, ainsi que l’extension du code aux champignons (voir l’article).

Depuis le 20 décembre 2012, le nouveau code de l’ICN (International Botanical Congress), dit « code de Melbourne » est édité. Il remplace le code de Vienne alors publié en 2006 sous le nom de International Code of Botanical Nomenclature (ICBN).

Il est possible de commander le code sous forme papier à l’adresse http://www.koeltz.com/product.aspx?pid=204604 ou de le consulter directement en ligne sur le site Internet de l’IAPT.

Nous rappelons pour mémoire, que la version du code de nomenclature de Saint Louis publiée en 2000, traduit en français en février 2004 par Valéry Malécot et Romieg Soca et relue par Michel Chauvet, Guy Redeuilh et Jacques Florence est accessible en ligne sur le site de Tela (voir le code ICBN de Saint Louis). Cette traduction est la seule existante en langue française.

Nous vous recommandons également l’article de Wikipédia qui propose un très bon résumé sur l’histoire du code de nomenclature botanique avec ses différentes versions.

Verrons nous prochainement une traduction du nouveau code de Melbourne dans notre langue nationale ? L’appel est lancé aux bonnes volontés…

Daniel Mathieu

3 commentaires

  1. A propos de traduction, on pourrait commencer tout de suite à bien parler et écrire en français : on ne dit pas « les décisions actées au cours de la Cession » mais « les décisions entérinées au cours de la Session ».
    Merci d’avance pour la prochaine fois…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *