33 conifères ajoutés à la liste rouge de l’UICN

Un tiers des espèces de conifères du monde sont menacées d'extinction du fait du déboisement et des maladies fongiques, d'après une nouvelle étude de l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature.

Un tiers des espèces de conifères du monde sont menacées d’extinction du fait du déboisement et des maladies fongiques, d’après une nouvelle étude de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature.

Un tiers des conifères du monde, les organismes les plus grands et les plus anciens de la planète, sont en danger d’extinction, le déboisement et les maladies étant les principales menaces pour cette espèce, d’après ce qu’ont déclaré des scientifiques mardi.

L’étude de plus de 600 types de conifères -arbres et buissons comprenant les cèdres, les cyprès et les sapins- actualise une « Liste Rouge » dans laquelle près de 21 000 des 70 000 espèces d’animaux et de plantes évaluées ces dernières années sont déclarées menacées d’extinction.

« Le tableau d’ensemble est alarmant »

« Le tableau d’ensemble est alarmant » a déclaré Jane Smart, directrice du groupe de conservation de la biodiversité de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), qui regroupe des scientifiques, des gouvernements et des organisations environnementales.

L’UICN a indiqué dans un rapport que 34% des conifères étaient menacés d’extinction, contre 30% dans la dernière évaluation réalisée en 1998.
Le Monterey Pine de Californie, le pin le plus planté au monde et reconnu comme une source de pulpe importante, a été changé de catégorie, passant de la catégorie des espèces « moins préoccupantes » à la catégorie des espèces « menacées » du fait des menaces exercées par une propagation de maladies fongiques.
Craig Hilton-Taylor, gestionnaire de la Liste Rouge, qui est mise à jour deux fois par an, a déclaré que les maladies étaient des menaces existantes liées au déboisement, à la pollution et au « nettoyage » des forêts causés par la population humaine croissante. Et le réchauffement climatique pourrait rendre les conifères, qui se trouvent au même endroit depuis des centaines voire des milliers d’années, vulnérables aux nouveaux pathogènes alors que les régimes de températures et de températures changent. Le rapport indique qu’il y a cependant eu certains succès. Une meilleure gestion et des plantations d’espèces plus résistantes aux maladies de Cyprès de Lawson en Californie et dans l’Oregon ont aidé les arbres à se remettre d’un déboisement excessif pour le commerce du bois.

– Voir l’article de Sandra Besson du 02/07/2013 sur le site Actualités news environnement.
– Voir l’information sur le site de l’UICN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *