Broméliacées de Guyane : leur réservoir d’eau est un écosystème en soi

Des chercheurs du CNRS, de l'IRD et des universités de Toulouse et Clermont-Ferrand ont étudié les écosystèmes nichés dans les réservoirs d'eau de 365 Broméliacées de Guyane.

Des chercheurs du CNRS, de l’IRD et des universités de Toulouse et Clermont-Ferrand ont étudié les écosystèmes nichés dans les réservoirs d’eau de 365 Broméliacées de Guyane.

L’ensemble des micro-organismes et insectes présents dans ces plantes ont été répertoriés, et la chaîne alimentaire a été reconstituée.

Objectif: voir comment la structure de ces réseaux varie en fonction des modifications environnementales. Une étude vient d’être publiée dans PLOS ONE le 14 août.

Répertorier l’intégralité des espèces présentes dans un écosystème, définir les liens qui existent entre elles, puis comparer ce système à des centaines d’autres identiques afin de mesurer statistiquement l’effet des variables environnementales: c’est le pari un peu fou que se sont lancés des chercheurs du laboratoire Ecologie des forêts de Guyane (*). Une initiative rare, la plupart des travaux de recherche se focalisant sur une poignée d’espèces ou de sites. Pour ce faire, les chercheurs ont décidé de se concentrer sur l’un des plus petits écosystèmes de la forêt guyanaise: les Broméliacées à réservoir d’eau.
Ces plantes typiques d’Amérique du sud retiennent l’eau de pluie et hébergent des dizaines d’espèces d’insectes aquatiques et de micro-organismes (bactéries, champignons, algues…). 365 broméliacées, réparties sur 5 sites, ont été étudiées en Guyane le long d’un gradient est-ouest (plusieurs centaines de kilomètres). « La méthode, non destructive, a consisté à prélever, avec une micropipette, l’eau de chaque réservoir », raconte Olivier Dézerald, jeune chercheur en thèse à Kourou et premier auteur de l’article paru dans PLOS ONE le 14 août 2013.

– Lire la suite de l’article sur le site techno-science.net

Photo d’illustration : Glomeropitcairnia erectiflora Mez, BotBln, licence CC by-sa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *