Plus un arbre est vieux et gros, plus il absorbe du CO2

Une étude de Nature contredit le postulat selon lequel les vieux arbres contribueraient moins à la lutte contre le réchauffement climatique...

Une étude de Nature contredit le postulat selon lequel les vieux arbres contribueraient moins à la lutte contre le réchauffement climatique…

Un virage à 180 degrés. Alors que jusqu’ici, le postulat voulait que les vieux arbres contribueraient moins à la lutte contre le réchauffement climatique, une étude publiée cette semaine révèle qu’au contraire plus un arbre est vieux, plus il capture du dioxyde de carbone dans l’atmosphère pour continuer à croître.

Les résultats des travaux sur l’impact des forêts sur le réchauffement climatique, publiés dans Nature, indiquent que sur plus de 400 types d’arbres étudiés, ce sont les spécimens les plus vieux et donc les plus grands de chaque espèce qui grandissent le plus vite et qui absorbent ainsi le plus de CO2. «C’est comme si pour des humains, la croissance s’accélérait après l’adolescence au lieu de ralentir», a résumé Nathan Stephenson, l’un des auteurs. Les arbres absorbent le CO2 de l’atmosphère, le principal gaz à effet de serre, et le stockent dans leurs troncs, leurs branches et leurs feuilles.
Un rôle de puits de carbone

Les forêts jouent ainsi un rôle de puits de carbone, mais jusqu’à quel point elles ralentissent le réchauffement fait débat. «Nous savions déjà que les forêts anciennes stockaient plus de carbone que des forêts plus jeunes», explique Nathan Stephenson. Mais, poursuit-il, «les forêts anciennes ont des arbres de toutes tailles et il n’était pas clair lesquels grandissaient le plus vite, capturant ainsi le plus de dioxyde de carbone».

(…)

Voir la suite de ce article est une vidéo sur le site de 20minutes

———————–
Image d’illustration : Quercus pubescens, Daniel Barthelemy, Flora Data, Licence CC-by-SA

4 commentaires

  1. Ben non! L’article dans Nature prend comme unique paramètre la taille des arbres, et non pas leur âge.
    On ne peut donc pas dire que, plus un arbre est vieux, plus il stocke du carbone. La phrase correcte est : plus un arbre est grand, plus il stocke du carbone. Ce n’est pas tout à fait la même chose…
    N’en déplaise mon respect pour les vieux baroudeurs de la forêt, une forêt mature stocke énormément de carbone, jusqu’au moment de la sénescence de ses composants.

    Cordialement
    Nicolas de MUNNIK

    1. Il n’y a pas de correspondance absolue entre l ‘âge et la taille ou le diamètre d’un arbre : on peut donc trouver des arbres petits et très vieux ( plusieurs siècles) et à l’inverse des très gros arbres relativement jeunes , ainsi que tout les intermédiaires possibles. Effectivement , les gros arbres stockent plus de carbone que les petits tout simplement parce qu’il occupent un espace considérable. Mais les arbres plus petits ou plus jeunes produisent,proportionellement à
      l’espace occupé , plus de matière sèche et absobent plus de CO2. Cela correspond à la courbe de l’accroissement courant qui est maximale dans le premiers tiers de la vie d’un arbre. Cet accroissement courant traduit l’efficacité photosynthétique , donc la capacité de produire des tissus avec une quantité d’énergie lumineuse donnée. Les arbres jeunes stockent donc plus de CO2 par m2 d’occupation spatiale que les vieux arbres. Cela étant , il faut tout de même conserver des vieux gros arbres pour bien d’autres fonctions biologiques ou paysagères.

  2. C’eut été bien si Tela-Botanica avait fourni le lien vers l’article de Nature, plutôt que vers ce site pourri, plein de pub, avec des réflexions d’internautes minables.
    Sur le fond, j’ai entendu dire que ce débat de toutes façons était mineur, car le puit de carbone principal était constitué par les océans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *