Les plantes vieillissent aussi…

Quoi de plus naturel que de vieillir ? Et pourtant, jusqu'à présent, aucune expérimentation n'a démontré que le patrimoine génétique des plantes, et leurs caractères changeaient, de concert avec l'âge. C'est désormais chose faite grâce notamment à des chercheurs du laboratoire Evolution et Diversité Biologique - EDB (CNRS/Université Toulouse III Paul Sabatier/ENFA) qui ont étudié la senescence d'une petite plante : le Compagnon blanc.

Quoi de plus naturel que de vieillir ? Et pourtant, jusqu’à présent, aucune expérimentation n’a démontré que le patrimoine génétique des plantes, et leurs caractères changeaient, de concert avec l’âge. C’est désormais chose faite grâce notamment à des chercheurs du laboratoire Evolution et Diversité Biologique – EDB (CNRS/Université Toulouse III Paul Sabatier/ENFA) qui ont étudié la senescence d’une petite plante : le Compagnon blanc.
Une fois qu’un être vivant s’est reproduit, autrement dit qu’il a transmis ses gènes à sa descendance, on pourrait penser que son patrimoine génétique n’a plus d’impact sur l’évolution de l’espèce et donc n’évolue plus. Or, il n’en est rien. En 1980, les biologistes Michael Rose et Brian Charlesworth ont réussi à modifier certains paramètres du vieillissement chez la drosophile, en l’occurrence sa durée de vie, apportant la preuve que la sénescence pouvait évoluer. Mais qu’en est-il chez les plantes ? « On a parfois l’impression que les plantes échappent aux contraintes du vieillissement – contrairement aux animaux – et que certaines sont immortelles, sans doute parce que certains arbres vivent très vieux, constate Benoît Pujol, biologiste au laboratoire Evolution et Diversité Biologique. Mais il n’y a aucune raison qu’elles ne soient pas soumises à une sénescence programmée et que leur variabilité génétique n’évolue pas aussi avec le temps ».

Pour apporter des preuves à cette hypothèse, les chercheurs ont donc cultivé une petite plante pérenne de l’espèce Silene latifolia (compagnon blanc). A chaque âge, et sur 3 générations de plantes, ils ont alors mesuré le nombre et la taille de 20 988 fleurs – deux caractères héritables qui jouent un rôle dans la sélection naturelle. Résultats ? Les caractéristiques des fleurs varient avec l’âge et la variation génétique augmente au cours du temps. « Cette augmentation de la variabilité génétique avec l’âge démontre bien, de manière indirecte mais statistiquement robuste, que la sénescence évolue et qu’elle est héréditaire,affirme Benoit Pujol. Il existe bien une signature génétique de l’évolution de la sénescence chez les plantes ».

– Lire la suite de l’article du 18 mars 2014 sur le site du CNRS
– Article référence publié le 13 mars dans Current Biology par Benoit Pujol, Pascal Marrot et John R. Pannell A Quantitative Genetic Signature of Senescence in a Short-Lived Perennial Plant

————————
Photo d’illustration : Silene latifolia Poir., Pierre BONNET, licence CC-by-sa, Flora Data

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *