Espèces invasives en Polynésie Française

Mise en place d’un réseau de veille et d’intervention précoce contre les espèces exotiques envahissantes sur l’ensemble des îles de la Polynésie Française :

pas de alt pour cette image, soz

La situation géographique de la Polynésie française et tout particulièrement l’éclatement de 119 îles dont 79 habitées sur environ 5 millions de km² rend difficile la lutte contre les espèces envahissantes. Si des contrôles par les services officiels au départ de l’île de Tahiti sont réalisés, les vérifications à l’arrivée ne sont pas systématiques pour chaque île. Il importe donc de sensibiliser et d’informer un maximum de résidents en complément des agents de contrôles, afin notamment de pouvoir réagir rapidement en cas de détection d’une nouvelle infestation sur une île jusqu’alors indemne d’une espèce.
Grâce au Groupement Espèce Envahissante (GEE) mandaté par la direction de l’environnement (DIREN) et avec l’appui du Programme Régional Océanien pour l’Environnement (PROE), un atelier de travail a été organisé du 28 au 30 octobre 2013 sur la thématique du transport inter insulaire et des espèces envahissantes. Une cinquantaine de participants ont été rassemblés, incluant des représentant des îles (mairie, association, service de l’agriculture), des administrations de Polynésie française (Douanes, Pêche, recherche, Tourisme …) et du secteur du transport (aéroport de Tahiti, air Tahiti, armateurs des archipels).     

Cet atelier avait plusieurs objectifs :     
1. Rappeler les réglementations existantes en matière de transport de marchandises, d’espèces végétales et animales ; réfléchir aux difficultés d’application et proposer des améliorations pour la protection des îles contre les espèces;   
2. Organiser la mise en place d’un réseau de personnes pouvant agir dans les îles sur la thématique des espèces envahissantes. Grâce à des formations, les membres bénévoles deviendront acteur de la protection de leur île. Ils seront formés à la reconnaissance des espèces envahissantes pour la détection précoce et connaîtront les bases de la gestion des espèces envahissantes. Ils seront également relais sur leur île des bonnes pratiques pour éviter la propagation des espèces. 
La cellule de veille de la direction de l’environnement centralisera les alertes et se fera également le relais des opérations mises en place pour la protection des îles.    

Au terme de ces 3 jours, il est apparu qu’un grand nombre des représentants des îles étaient déjà sensibles à la problématique des espèces envahissantes. Les espèces envahissantes « emblématiques » telle que le miconia et la petite fourmi de feu ont permis, grâce à l’importance des dégâts occasionnés sur les îles envahies, de faire prendre conscience de la nécessité d’empêcher leur expansion. La propagation des espèces envahissantes n’est pas une fatalité. Ce phénomène peut être considérablement ralenti par un travail de sensibilisation de la population, de communication auprès des différents secteurs d’activité, et de formation des personnes voulant s’investir dans la protection de leur île.

Contacts :
 invasives@environnement.gov.pf ou mariefourdrigniez@gmail.com

En savoir plus :
Une lettre d’information des Espèces exotiques envahissantes en outre-mer réalisée le Comité français de l’UICN, est régulièrement publiée et diffusée par e-mail. Pour la recevoir, merci d’adresser une demande yohann.soubeyran@uicn.fr

– Consulter le site de l’initiative : www.especes-envahissantes-outremer.fr
– Consulter également le site français de l’UICN :
http://www.uicn.fr/
——————–
Images d’illustrations :
– Image Bandeau repris de la lettre d’information des Espèces exotiques envahissantes en outre-mer, Mars 2014
– Image de logo : Drapeau de la Polynésie française, via wikicommons

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *