Les aventuriers botanistes ou comment partir à l’aventure près de chez soi

Retour de participants du programme Vigie-Flore.

Retour de participants du programme Vigie-Flore.

une placette de Vigie-flore © Bertrand | Vigie-floriste
une placette de Vigie-flore © Bertrand | Vigie-floriste

Cette semaine, la parole est aux participants de Vigie-flore. Un observatoire botanique national de sciences participatives riche en émotions, découvertes et partages ! Chaque observateur doit déterminer les espèces de plantes poussant au sein de 8 placettes de 10 m² réparties dans une maille de 1 km² qu’il aura choisie parmi les 5525 mailles qui couvrent le territoire métropolitain. Laquelle sera la vôtre ?

« C’était la première fois et…

– Je me suis fait charger par une horde de vaches curieuses.

– J’ai déchiré mon jean en franchissant les barbelés !!

– J’ai franchi des fossés infranchissables.

– J’ai ramené, dans mon caleçon, des tiques à la maison.

– Je me suis perdu et me suis retrouvé.

– Je me suis décarcassé à déterminer des graminées.

– J’ai rencontré des champs de maïs vides et une prairie de fauche fauchée.

Ce fut l’aventure et j’ai aimé ». Emmanuel.

« Il y a quelqu’un ? »

« Direction la dernière placette : elle est dans un champ entouré de barbelés électriques, près d’une ferme au bout d’un long chemin de terre. Je m’approche. Personne. Je tourne autour du bâtiment. « Il y a quelqu’un ? » dis-je d’une voix mal assurée. Soudain, mon regard s’arrête sur une ancienne 2CV agitée de soubresauts. Par la vitre arrière, la fermière qui doit avoir le même âge que la voiture mais qui, très souplement, nettoie les vitres de l’intérieur. Elle sursaute à mon regard. Puis sort et s’approche d’un air méfiant. Je fais mon plus beau sourire et me lance dans mes explications de Vigie-floriste. Ouf, ça a l’air de marcher ! Elle ne voit pas très bien l’intérêt mais me laisse le bénéfice du doute et propose même de couper l’électricité dans les barbelés le temps que je passe. C’est gagné ! Une belle placette dans un champ de fauche ! » Michèle.

© Michèle | Vigie-floriste
© Michèle | Vigie-floriste

La maille de l’île de Groix

« Dans une pâture avec des chevaux. Nous sommes deux à quatre pattes pour inventorier. Nous voilà devant une plante minuscule avec une unique petite fleur bleu pâle. Mais alors que nous escrimons à la déterminer, la fleur tombe !!! Une catastrophe ! Nous avons donc passé un temps fou à examiner chaque centimètre carré autour de la plante afin de la retrouver. Euréka ! C’était Lythrum à feuille d’hysope. Rassurez-vous l’année suivante, il y en avait partout et d’une taille raisonnable… Mais nous sommes si distraites par les plantes que nous en avons oublié notre baguette pour le pique-nique sur une boîte aux lettres ! Quatre heures après, elle était toujours là à nous attendre…. » Brigitte.

Lythrum à feuille d'hysope © Christian Fischer | Wikimedia
Lythrum à feuille d’hysope © Christian Fischer | Wikimedia

Slalom

« Je suis allé sur le terrain avec les étudiants de BTS productions végétales. Ils sont rodés à l’utilisation du GPS. Une placette était située dans un jardin privé. La propriétaire a été aimable et nous a laissé faire le relevé de flore sur une pelouse jonchée de déjections canines! Vous avons malgré tout identifié 20 végétaux différents tout en slalomant entre les « crottes ». Je pense reconduire cet inventaire l’an prochain. » Isabelle.

Le matériel de survie du Vigie-floriste

– « Le GPS est INDISPENSABLE (tous les repères peuvent se retrouver bousculés, enlevés, d’année en année : arbres coupés, haies arrachées, tas de pierres déplacés, etc.) Et même avec le GPS, il reste une marge d’erreur.

– Pour les quadrats, le plus simple: le double-mètre en bois pliant, qu’on trouve dans un magasin de bricolage. Avec 2 doubles mètres vous avez votre quadrat, pliant, léger, parfaitement déplaçable.

– Le protocole de Vigie-flore qui explique ce que vous faites.

– Les bordereaux vierges à remplir et les bordereaux de l’année précédente

– La flore et la loupe (mais cela va de soi)

– L’appareil photo

– La bouteille d’eau

Si on est deux ou plus, c’est formidable et c’est bien plus sympa ! » Claudine.

———————
Article de Lisa Garnier, le lundi 14 avril 2014 sur le blog Vigie-Nature.
Pour s’abonner au blog, cliquer sur lgarnier@mnhn.fr

Co-animé par le réseau des botanistes francophones Tela Botanica, Vigie-flore a son forum ici

Par manque de place, tous les vigie-floristes ayant voulu témoigner de leur passion et de leurs aventures n’ont pu être cités ici, nous les remercions chaleureusement et leur donnons rendez-vous pour un prochain post !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *