Hommes & Plantes n°88

REVUE / Le numéro 88 de la revue du CCVS, Hommes & Plantes, vient de paraître.

REVUE / Le numéro 88 de la revue du CCVS, Hommes & Plantes, vient de paraître.
Au sommaire de ce nouveau numéro :
– EDITORIAL : un printemps tout en contraste, Françoise Lenoble-Prédine.
– LES GERANIUMS TUBEREUX : dans le vaste genre Geranium, il y a de quoi satisfaire à la fois les botanistes épris d’espèces rares et les jardiniers amateurs de plantes robustes et sans façon. Pour témoins les géraniums tubéreux, encore peu connus. Dominique Evrard.
– UN RADEAU DES PLANTES NOMME HAWAI : la base de Pearl-Harbour, les surfeurs intrépides, l’observatoire astronomique du Mauna Kea, la plage de Waikiki, les coulées de lave du volcan Kilauea… Voici ce qu’évoque en premier le mot Hawaï, mais la nature unique de cet archipel perdu dans l’océan Pacifique mérite aussi le voyage. Frédéric Pautz.
– LES CAMELIAS DE TREVAREZ, UNE HISTOIRE MOUVEMENTEE : le Finistère est aujourd’hui la terre d’élection des camélias. On l’y rencontre dans tous les jardins, et les pépinières du département élèvent plus de 80% des camélias produits en France. Cet engouement, somme toute récent, est à la fois le fruit et le reflet des vicissitudes de l’histoire horticole bretonne. Pascal Vieu.
– LES TRES EXOTIQUES COLLECTIONS DE ROSCOFF : il fallait oser acclimater des plantes succulentes et australes sur ce promontoire breton. Des passionnés se sont lancés dans l’aventure, faisant du jardin exotique et botanique de Roscoff le détenteur de pas moins de huit collections natinales labellisées CCVS. Quand on aime, on ne compte pas… Jean-Michel Moullec.
– PLAIDOYER POUR LA FORET TROPICALE : deux chiffres : 50 et 20. Le premier est le nombre d’années que le botaniste Francis Hallé a consacrées aux forêts tropicales. Le second, le laps de temps qui nous sépare peut-être de leur dégradation généralisée. Son livre fournit le plus magistral des plaidoyers. Mathieu Chatin.
– L’IMPERATRICE DES FLEURS : frivole, Joséphine de Beauharnais ? Certes, mais avec moins de conséquences tragiques que Marie-Antoinette. On peut même dire que sa passion pour les plantes est à l’origine de ce qui fut l’âge d’or de l’horticulture française. D’où cet hommage, deux cents ans après sa disparition. Jérôme Laneuville.

La revue du CCVS est en vente au prix de 10 euros au bureau du CCVS (mardi ou mercredi) ou sur commande, à laquelle il faut ajouter des frais de port de 2,10 euros.
CCVS – 6 rue des Peupliers – 92100 BOULOGNE-BILLANCOURT.
Site internet : www.ccvs-france.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *