Le déclin massif des insectes menace l’agriculture

Un article paru dans le journal Le Monde du 24 juin présente le travail d'un groupe international de chercheurs qui met en perspective le déclin des abeilles avec les conséquences sur l'agriculture

Un article paru dans le journal Le Monde du 24 juin présente le travail d’un groupe international de chercheurs qui met en perspective le déclin des abeilles avec les conséquences sur l’agriculture

Le Groupe de travail sur les pesticides systémiques (TFSP, pour Task Force on Systemic Pesticides) d’une cinquantaine de scientifiques de 15 nationalités, pour la plupart universitaires ou chercheurs au sein d’organismes publics, ayant tous rejoint le groupe d’experts intuitu personae publiera le résultat de ses cinq années de travail, dans la prochaine édition de la revue Environmental Science and Pollution Research, qui devait être rendu public mardi 24 juin.

« Les preuves sont très claires, affirme Jean-Marc Bonmatin (Centre de biophysique moléculaire du CNRS), membre du TFSP. Nous assistons à une menace pour la productivité de notre environnement agricole et naturel. Loin de sécuriser la production alimentaire, l’utilisation des néonicotinoïdes met en péril les pollinisateurs qui la rendent possible. »

Voir la suite de l’article du 24/6/2014 par Stéphane Foucart sur le site du journal Le Monde

Sur la même thématique, à noter la publication en vidéo du Colloque pour une agriculture respectueuse des pollinisateurs

Voir le site du colloque

Daniel Mathieu

———–
Photo d’illustration : leMonde.fr/AFP

2 commentaires

  1. Il n’y a pas que les abeilles dont le nombre diminue, ce sont tous les insectes qui disparaissent. Quand j’étais jeune, dans la propriété familiale où j’habite à Alès (Gard), il y avait des quantités de sauterelles, de criquets, de grillons, dans les champs (qui existent tjrs), de papillons nocturnes qui volaient autour des lampes, etc … que je ne vois plus. Sans parler des reinettes …
    Francis Lagarde

    1. Bonsoir
      Même constatation en Charente maritime.Par exemple en marchant le long de nos rivières je pouvais il y a trente ans observer un « grosse » libellule, Libellula, Aeschna, Anax,Orthetrum tous les dix mètres…elles ont totalement disparu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *