Les connaissances des Français et de leurs enfants sur le monde végétal

Sondage / Où en sommes nous ?

Sondage / Où en sommes nous ?
Retour sur un sondage réalisé par BVA en avril 2014 pour l’institut Klorane [[ Sondage réalisé .

Quasiment tous les Français reconnaissent l’importance de l’acquisition de la connaissance des végétaux par les enfants
91% des Français (92% des foyers comptant des enfants) jugent qu’il est important que les enfants aient des connaissances sur les
végétaux afin qu’ils sachent reconnaitre les principales espèces et leurs propriétés. Plus d’un tiers des Français jugent même que
cela est tout à fait important (36% sur l’ensemble, 37% des foyers comptant des enfants).
Les foyers avec enfants mettent en avant la culture générale et l’utilité de cette connaissance au quotidien

Si cette connaissance est importante pour les Français, c’est qu’ils estiment que cela fait partie de la culture générale (43% des
citations). Ce jugement est partagé par les foyers comptants des enfants (45% des citations) et ressort particulièrement chez les
jeunes (18-34 ans : 52%) et les urbains (100.000 habitants et plus : 47%).
Les Français déclarent ensuite que la connaissance des végétaux contribue à prendre conscience que les plantes sont vitales (43%).
Cette opinion est davantage partagée par les seniors (65 ans et plus : 50%).
Les foyers avec enfants mettent également en avant, presque autant que la culture générale, l’utilité que cette connaissance des
végétaux peut avoir au quotidien, que ce soit pour l’alimentation, la médecine, le textile ou les cosmétiques (42% vs 36% des
citations de l’ensemble des Français).

Mais la connaissance des végétaux par les enfants apparaît peu solide
Si la connaissance des végétaux apparaît nécessaire, les Français reconnaissent les défaillances des enfants à ce sujet :
– près de 6 foyers avec enfants sur 10 estiment que les enfants connaissent un peu ce sujet (59% vs 45% de l’ensemble des
Français) ;
– pour près d’un tiers de ces foyers, les enfants ne connaissent quasiment pas le sujet (32% des foyers avec enfants vs 48% de
l’ensemble des Français) ;
– enfin, moins d’1 sur 10 juge que les enfants connaissent bien le sujet (9% vs 4% de l’ensemble des Français).

Il faut dire que les Français considèrent que la botanique occupe une place insuffisante dans l’Education
D’où viennent ces failles ? Plus des 3⁄4 des foyers avec enfants estiment que la botanique n’occupe pas une place suffisante dans
l’Education (76%, 78% auprès de l’ensemble des français). Il est à noter que cette opinion ressort davantage auprès des employés et
ouvriers (84% de citations) et des individus ayant un niveau de diplôme inférieur au Bac (82%).

Les failles existent aussi… chez les adultes
Les connaissances des enfants passent nécessairement par la transmission : si les Français reconnaissent bien les végétaux
courants, ils ont plus de mal avec le lin et le calendula.
Ainsi, en déclaratif, l’immense majorité des Français estime pouvoir reconnaitre le blé (98%), le marronnier (91%), le coton (86%), le
bleuet (85%) et le saule (83%).
En revanche, le lin, dont les fibres sont utilisées dans le textile et la cosmétique, ne serait reconnu que par une courte majorité
(54%), alors que le calendula, plante calmante et anti-inflammatoire, serait identifié par moins de 2 Français sur 10 (16%).
Enfin soulignons que les jeunes (moins de 35 ans), les hommes et les habitants de la région parisienne ressortent systématiquement comme reconnaissant moins ces végétaux que la moyenne nationale.

En savoir plus :
> Voir le sondage détaillé (PDF, 716 Ko)

4 commentaires

  1. Les questions sont quelque peu vagues. Considérons « le blé » : il faudrait préciser l’espèce car les différences d’allures entre espèces sont conséquentes, et de plus de façon comparée (ex. savez vous distinguer le blé tendre du seigle d’après les épis ? les grains ?
    La prochaine étape serait de faire des tests avec les plantes, et pourquoi pas commencer par faire le test sur les enseignants du domaine végétal des écoles d’ingénieurs agro et de fac de bio.

    1. D’après ce que j’ai compris de sa méthodo, cette étude était déclarative : par ex. pensez vous reconnaître la plante de coton, si vous la voyiez ?

  2. Autant de gens conscients du manque d’éducation à la biologie végétale,je trouve ça étonnant, je constate tous les jours l’ignorance desgens pour les végétaux.Voici les perles de l’entretien des espaces verts faites par les employés de l’entreprise d’entretien des bâtiments :
    1-Les végétaux, c’est comme les cheveux, quand on les coupe, ça repoussent !
    2-Il ne faut pas enlever les végétaux morts, ce n’est pas beau mais ça enrichit la terre.
    3-Il faut couper la passiflore, elle étouffe les pyracanthas.
    4-Les mirabilis, ce ne sont pas des belles de nuit, ce sont des belles de jour, elles sont fermées à l’ombre.
    5-Les grenadiers ne fleurissent pas car ce sont des variétés à fruit.
    Et par des membres du conseil syndical
    6-Les végétaux, ca n’a rien à voir avec l’air.
    7-Ils passent juste un herbicide.
    8-Une terre vivante, c’est de la philosophie et la photosynthèse, c’est un rocher au soleil et je n’ai pas compris la suite ?
    NB : 1, 2 et 4 commentaires du jardinier en chef de l’entreprise.
    6 et 7 ceux d’une femme d’une quarantaine d’années, travaillant dans la santé.
    8 d’un retraité, ancien président du conseil syndical.
    J’ai eu droit à ces commentaires,car j’essaie de faire respecter la vie verte devant mes fenètres et comprendre que les espaces verts ce ne sont pas un décor.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *