Quand les données récoltées par les aventuriers botanistes esquissent une œuvre commune

Découvrez les résultats du programme Vigie-Flore.

Découvrez les résultats du programme Vigie-Flore.
Les activités humaines ont un impact croissant sur la biosphère, qui se caractérise principalement par une perte de biodiversité et une diminution des espaces naturels et semi-naturels au profit de l’urbanisation ou des cultures intensives. L’homogénéisation biotique est le phénomène selon lequel, sous l’action de certaines modifications écologiques, les milieux tendent à partager les mêmes espèces. Les suivis d’espèces communes, concernant la flore, ont joué un rôle central dans la compréhension de l’homogénéisation biotique, mais aussi des effets des changements climatiques, de la dégradation de l’environnement et de l’urbanisation sur la composition et le fonctionnement des communautés végétales.

pas de alt pour cette image, soz

Vigie-flore est le programme de sciences participatives qui fait appel aux botanistes volontaires pour suivre les changements d’abondance des espèces végétales les plus communes de France à larges échelles spatiale et temporelle, dans le but de déterminer notamment si ces changements temporels conduisent à une homogénéisation biotique.
A ce jour, 238 botanistes de France participent au suivi national des plantes à fleurs et réalisent des relevés floristiques sur 2629 placettes, 482 mailles. Plus d’informations sur le site internet du programme, pour s’inscrire ou visualiser les résultats des années précédentes.

pas de alt pour cette image, soz

Les premiers résultats sur le suivi de la flore francilienne mettent en évidence une baisse de la similarité au sein des communautés végétales depuis 2009, et suggèrent une différenciation taxonomique des communautés de plantes plus spécifiquement en milieux agricoles. La variation de la similarité entre communautés dépendrait du milieu et de la qualité locale de la biodiversité, les deux unités étant aussi liée. La poursuite et l’intensification de ce suivi national participatif de la flore, opéré par les botanistes bénévoles, devrait permettre de valider statistiquement ces tendances écologiques.

Ces résultats, issus des travaux de stage de Master de Marion Chevrier (été 2014) sur l’évaluation des changements dans la diversité floristique en France, sont à lire cette semaine sur le blog de Vigie-Nature: les aventuriers botanistes esquissent une oeuvre commune.

Aussi,la présentation (en anglais) de ces résultats au colloque de l’Unesco « Quels botanistes pour le 21ème siècle ? Métiers, enjeux, opportunités » du 22 septembre dernier est disponible ici.

Plus d’informations à vigie-flore@mnhn.fr ou sur le site du programme Vigie-flore.

L’équipe Vigie-flore

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *