Lutte biologique : zoom sur 3 organismes nuisibles

Notre projet intitulé «[Tous les naturalistes de la terre, de la mer et des zones humides (sur Tela Botanica)->http://www.tela-botanica.org/page:liste_projets?id_projet=103&act=description]» participe notamment à la défense contre les organismes nuisibles.

Notre projet intitulé «Tous les naturalistes de la terre, de la mer et des zones humides (sur Tela Botanica)» participe notamment à la défense contre les organismes nuisibles.

Nous proposons dans cette thématique des méthodes de lutte biologique pour les personnes désireuses d’être informées et des suivis scientifiques.

Notre intérêt s’est porté sur trois sujets d’actualité sous forme de titre illustrant cet édito.

Une bactérie mortelle pour les oliviers

Nous vous invitons à prendre rapidement connaissance des mesures préconisées par les Services régionaux en charge de la protection des végétaux concernant «une Alerte concernant la bactérie Xylella fastidiosa.»

Nous vous tiendrons informé de l’évolution des recherches en cours et/ou des méthodes de lutte complémentaire pour limiter autant que possible la prolifération des insectes vecteurs de la bactérie mortelle.

Vous trouverez en pièce jointe les recommandations dans une note nationale.

Pour rappel, voir l’excellent article sur Xylella fastidiosa rédigé récemment par Hervé Lot. Voir l’article

Quelles mouches piquent les frelons asiatiques ?

Nous avons demandé à Monsieur Eric Darrouret de nous apporter des informations à propos des recherches organisées autour des frelons asiatiques.

Depuis une dizaine d’années le frelon asiatique Vespa velutina menace les ruchers en Europe.

Niche écologique
Niche écologique

Une équipe de l’Institut de Recherche sur la Biologie de l’Insecte de Tours a découvert que le Conops vesicularis était un parasitoïde pouvant attaquer le frelon asiatique.

Eric Darrouzet enseignant chercheur à l’origine du projet nous explique ce qui suit :

« Cette mouche de l’ordre des diptères va pondre un œuf dans le ventre d’un frelon.
Quand l’œuf éclot, la larve pénètre dans l’abdomen de l’insecte et va dévorer tous ses organes ! Au bout d’environ treize jours, l’insecte meurt.
Il faudra attendre le résultat de nos études pour envisager une utilisation biologique.
Il ne faudrait pas occasionner des dommages collatéraux aux autres hyménoptères comme les bourdons.
Notre équipe travaille sur d’autres pistes comme la mise en place de pièges spécifiques et l’utilisation de phéromones.
Nous avons obtenu un second financement de la région Centre nous permettant de poursuivre nos études.
»

Nid de Frelon asiatique
Nid de Frelon asiatique

Nous remercions, Monsieur Eric Darrouzet et son équipe pour nous avoir autorisé à publier un extrait de ses recherches.
Vous trouverez deux photos en pièce jointe pour illustrer nos observations (NDLR).

Le charançon rouge reste une vedette !

Les articles de presse ne manquent pas pour alerter la population, les villes, et les pouvoirs publics face au charançon rouge destructeur de palmiers sur le pourtour méditerranéen.
Le charançon propage son étreinte mortelle au-delà des Pyrénées Orientales et de la côte azuréenne.

Cycle biologique du charançon rouge
Cycle biologique du charançon rouge

Les gestionnaires des espaces verts publics et les professionnels sont mobilisés dans la lutte contre ces fléaux, mais il reste à convaincre les propriétaires privés.

En effet, la plupart des propriétaires ne traitent pas par manque de moyens financiers et d’autres pour qui le charançon est le cadet de leur souci …

Aucune distinction n’est à faire entre les jardins privatifs et les espaces verts du domaine public.
Le manque de coordination dans cette lutte est l’une des causes principales de l’absence de résultat efficace contre la mortalité des palmiers.

Dégâts mortels de charançons rouge
Dégâts mortels de charançons rouge

Les traitements biologiques ou d’autres actions préventives homogènes sur le territoire sont la clef d’un début de régulation des populations de charançons dans notre environnement.

Nous pouvons vous aider à trouver des solutions peu coûteuses pour préserver votre patrimoine.

Il est encore temps d’agir !

Jean-Marc DUPLOUY

—–
Photos d’illustrations de l’auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *