La Flore laurentienne du frère Marie-Victorin a 80 ans

La célèbre Flore laurentienne du frère Marie-Victorin [a eu] 80 ans le 1er avril. Il s'agit d'un livre phare dans l'histoire des sciences au Québec, une œuvre monumentale qu'on peut encore lire et utiliser aujourd'hui.

La célèbre Flore laurentienne du frère Marie-Victorin [a eu] 80 ans le 1er avril. Il s’agit d’un livre phare dans l’histoire des sciences au Québec, une œuvre monumentale qu’on peut encore lire et utiliser aujourd’hui.
L’ouvrage impressionne. Avec ses 917 pages grand format, ses 22 cartes et ses 2800 dessins, il est le fruit d’une trentaine d’années de travail. Marie-Victorin et ses collaborateurs ont en effet recueilli, classé et caractérisé des dizaines de milliers de spécimens pour dresser ce panorama détaillé de la flore du sud du Québec. Une flore qui couvre un territoire allant de l’Outaouais au Bas-du-Fleuve, de la frontière américaine à l’Abitibi et au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Bref, un territoire qu’on peut appeler la Laurentie, même si ce découpage est plus politique que géologique ou botanique.

Ce qui est aussi remarquable de cette Flore, c’est que, pour l’époque, elle était très bien illustrée. Savante (noms latins des plantes, descriptions précises, termes techniques précis en français, classifications, etc.), elle était aussi vulgarisée.

Pas étonnant qu’elle ait connu une « carrière » exceptionnelle pour un livre de cette nature : après la première édition de 1935, elle a eu une deuxième édition enrichie de mises à jour en 1964, puis une troisième, en 1995. Elle est toujours offerte aux Presses de l’Université de Montréal. Et elle est partiellement en ligne, sur le site www.florelaurentienne.com.

La Flore laurentienne a un caractère tout à fait inusité en raison de ses commentaires ethnobotaniques et écologiques, selon le botaniste et conservateur de l’Herbier Marie-Victorin de l’Université de Montréal, Luc Brouillet.

Grand botaniste, le frère Marie-Victorin a été plus qu’un scientifique. Il a été un bâtisseur, notamment du Jardin botanique de Montréal, son autre grande réalisation.

– Lire la suite de l’article du 29/03/2015 de Yanick Villedieu et écouter les entretiens audio sur le site ici.radio-canada.ca

En savoir plus :
> Ecouter deux épisodes de 1943 de l’émission de radio du frère Marie-Victorin « La cité des plantes » (Radio College) sur www.disten.com/radiocollege/
> Télécharger la Flore laurentienne du frère Marie-Victorin, version de 1935 sur le site de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec

2 commentaires

  1. Ce qui caractérise cette flore par rapport aux flores de France de même envergure (Bonnier fin du 19è, Coste, 1906, Fournier vers 1930)c’est quelle a été régulièrement actualisée : 1935, 1964, 1995 assurant une continuité dans son usage, alors que nos flores métropolitaines se sont retrouvées « sanctuarisées » dès leur année de naissance. Je dis bravo les Québécois.

    1. Bonjour, Je suis l’heureuse propriétaire de La Flore laurentienne édition 1964. Si ça intéresse quelqu’un de la consulter nous pourrions nous rencontrer et en discuter. J’habite Begles (Bordeaux) Bonne journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *