Plus de 21 millions de données sur la flore du réseau des CBN intègrent l’INPN

Après la transmission, en 2013, des données du Livre rouge de la flore menacée de France et des données relatives aux plantes messicoles, la Fédération des Conservatoires Botaniques Nationaux (FCBN) vient de transmettre au Muséum national d'Histoire naturelle (MNHN) un nouveau lot de plus de 21 millions de données, issu du réseau des CBN.

Après la transmission, en 2013, des données du Livre rouge de la flore menacée de France et des données relatives aux plantes messicoles, la Fédération des Conservatoires Botaniques Nationaux (FCBN) vient de transmettre au Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) un nouveau lot de plus de 21 millions de données, issu du réseau des CBN.

Ces données concernent la flore (Trachéophytes et Bryophytes au sens large ou Cryptogames et Phanérogames) et la fonge (champignons dont lichens) du territoire métropolitain (île de la Réunion et métropole, hors Alsace et Lorraine).

L’ensemble de ces données est désormais accessible dans l’Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN) en réponse à la mise en œuvre de la convention nationale de partenariat tripartite entre le Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie (MEDDE), le MNHN et la FCBN, signée le 12 avril 2012. Ces données vont très prochainement être transmises par le MHNH au Global Biodiversity Information Facility (GBIF) France pour assurer la diffusion internationale.

Cette convention vise à mettre en place une organisation contribuant à l’inventaire du patrimoine naturel pour la flore et les habitats. Le recueil, la gestion, la validation scientifique des connaissances nouvelles sont réalisés par le réseau des CBN, et la restitution nationale des connaissances par la FCBN et le MNHN. D’autre part, le MNHN a partagé les données flore hébergées dans l’INPN et permis ainsi au réseau des CBN d’améliorer la qualification de la connaissance sur la flore et les habitats en France ainsi que la production des couches de référence sur la répartition des espèces en France.
Cette organisation, fondée sur la définition des rôles de chacun des partenaires et la mutualisation de compétences, est déployée en respectant les principes issus de la convention d’Aarhus, de la directive européenne INSPIRE et du Système d’Information sur la Nature et les Paysages (SINP).

En savoir plus :
Consulter les données : jeu 1, jeu 2

—————————
Image d’illustration : Extraite de l’article de l’INPN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *