Nécessité de classer et protéger la faculté centrale d’Alger

La nécessité de préserver, réhabiliter et classer les bâtiments de la faculté centrale d'Alger et de son contenu (documents et collection) a été relevé lundi soir à Alger par un collectif d'universitaires qui a tiré la sonnette d'alarme "vu l'état de délabrement des lieux".

La nécessité de préserver, réhabiliter et classer les bâtiments de la faculté centrale d’Alger et de son contenu (documents et collection) a été relevé lundi soir à Alger par un collectif d’universitaires qui a tiré la sonnette d’alarme « vu l’état de délabrement des lieux ».

Constitués en collectif « Jamiaât Jazaïr », à l’origine d’une pétition pour classer l’université d’Alger-Centre comme monument historique, plusieurs universitaires s’exprimant au forum du quotidien Liberté ont appelé à une « mobilisation de la communauté universitaire pour sauver les lieux et les collections » qu’ils abritent.

Le Pr Fettouma Chikhi, géologue, ex-responsable des collections du Musée de paléontologie, le Pr Nadia Bouguedoura, botaniste, et Zoulikha Bekkadour, moudjahida, ex-responsable de la Bibliothèque universitaire ont présenté un état des lieux alarmant mettant en avant la richesse de la collection qu’abrite l’université (objets géologiques, botaniques, fossiles, livres et documents) et qui est menacée de dégradation.

Aujourd’hui la faculté « agonise et rien n’est fait pour entretenir l’établissement ni la mémoire de ceux qui ont servi l’Algérie dans ces lieux depuis la guerre de libération nationale », affirme Zoulikha Bekkadour qui a dirigé la bibliothèque universitaire pendant plus de vingt ans.

Première université algérienne fondée en 1909, la faculté centrale « doit être classée et protégée » d’abord de l’usure et des infiltrations mais aussi de l’abandon et des modifications anarchiques qui y sont opérées, estime la linguiste Khaoula Taleb Ibrahimi qui y enseigne depuis plus de trente ans.

> Lire la suite de l’article du 30/06/2015 sur le site d’Algérie Presse Service

—————————-

Image d’illustration : « Université d’Alger » par Yelles – Travail personnel. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Common

3 commentaires

    1. Il est temps que l’élite d’intellectuels du pays se réveille et se mobilise pour changer beaucoup de choses, pas uniquement le statut de l’université d’Alger!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *