L’huile de palme rallume la mèche de la déforestation en Indonésie

L'île indonésienne de Sumatra est de nouveau dans le brouillard. Comme chaque année à la saison sèche, des nuages de fumée se sont formés au-dessus de la province de Riau. En cause, la série d'incendies qui s'y est déclenchée depuis mai et qui touche particulièrement le parc national de Tesso Nilo, si l'on en croit [les images satellites->http://www.wri.org/blog/2015/07/forest-fires-blaze-indonesia%E2%80%99s-tesso-nilo-national-park], mises en ligne par le think tank américain World Resources Institute (WRI) le 9 juillet.

L’île indonésienne de Sumatra est de nouveau dans le brouillard. Comme chaque année à la saison sèche, des nuages de fumée se sont formés au-dessus de la province de Riau. En cause, la série d’incendies qui s’y est déclenchée depuis mai et qui touche particulièrement le parc national de Tesso Nilo, si l’on en croit les images satellites, mises en ligne par le think tank américain World Resources Institute (WRI) le 9 juillet.

Sauf que ces incendies n’ont rien à voir avec les fortes chaleurs enregistrées à la saison sèche dans la région. Ils sont en grande majorité d’origine criminelle. Alternatives moins coûteuses que le défrichement mécanique, les brûlis permettent de débroussailler la forêt pour y planter d’autres cultures. Le marché le plus florissant sur l’île indonésienne de Sumatra, c’est celui de l’huile de palme, dont l’archipel asiatique est le premier producteur au monde. Cette huile, tirée de la pulpe du fruit du palmier, a particulièrement mauvaise réputation en Europe depuis quelques années. Dangereuse pour la santé à cause de sa forte teneur en acides gras saturés, connus pour affaiblir l’appareil cardio-vasculaire, elle est aussi dénoncée pour son impact environnemental.

Cultivée exclusivement dans des régions tropicales, sa production conduit très souvent à la destruction de quelques-unes des forêts les plus riches du monde. L’Indonésie n’échappe pas à la règle. Une étude datant de 2012 montrait que le pays avait même fait pire que le Brésil en termes de déforestation. Entre 2000 et 2012, l’archipel aurait perdu plus de 6 millions d’hectares de forêts vierges. Une surface quasiment équivalente à celle de l’Irlande.

Moratoire sans succès
Bien que complètement illégaux, ces actes ne sont pas rares dans la province de Riau. Depuis mai, la forêt de Tesso Nilo, déclarée parc national en 2004, est particulièrement touchée. Un moratoire sur les permis de défrichement, visant a réduire les émissions de gaz à effet de serre de 26 % d’ici à 2020, avait été mis en place en 2011. Sans grand succès. « Il s’agit d’une décision importante mais qui reste peu efficace par manque de moyens mis en œuvre pour la faire appliquer », estime Andika Putraditama, agent de liaison pour le WRI en Indonésie.

Une étude de l’Université du Maryland, publiée en 2014 dans la très sérieuse revue scientifique Nature, a même montré que 2012 fut l’année où la déforestation a été la plus importante en Indonésie, soit un an après l’entrée en vigueur du moratoire.

> Lire la suite de l’article de Maria Laforcade du 16.07.2015 sur Le Monde.fr

Since 2000, more than 47,000 hectares ( 116,000 acres)  of tree cover has been cleared in Tesso Nilo.</p>

Cartes tirée de l’article de World Resources Institute

—————–
Image d’illustration : « Pflanzenoel am Docht verbrennen 2009-01-24 » by Henry Mühlpfordt – Own work. Licensed under CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *