RAPPEL : Appel à échantillonnage de l’œillet des chartreux (Dianthus carthusianorum) MALADE et SAIN en France

La période de floraison des œillets a commencé depuis juin, participez à un programme de recherche !

La période de floraison des œillets a commencé depuis juin, participez à un programme de recherche !

Dans le cadre d’un programme de recherche franco-suisse « Diversité structuration génétique des populations d’œillets chartreux et de son champignon pathogène sexuellement transmissible en France », nous recherchons des volontaires pour échantillonner en France des œillets MALADES et SAINS.

Résumé du projet

L’œillet des chartreux (Dianthus carthusianorum) est fortement infecté par son champignon sexuellement transmissible, le charbon des anthères (Microbotryum), à travers la France. Cette maladie se caractérise par la stérilisation de la plante par le champignon par la production de spores violets-noirs à texture poudreuse au niveau des anthères. Ces spores sont ensuite dispersées entre populations via les insectes pollinisateurs (d’où le terme de maladie sexuellement transmissible).

L’objectif de notre étude est d’évaluer la diversité génétique et la structuration génétique des populations d’œillet chartreux et de son champignon pathogène associé en France et plus largement en Europe.

La première étape de ce projet consiste en une session d’échantillonnage soutenue de populations infectées et saines d’œillet chartreux à l’échelle de la France. Pour cela, nous faisons appel à tout volontaire afin de nous aider dans cette récolte (matériel à récolter : feuilles et fleurs infectées à faire sécher, et si possible, graines).

Dianthus carthusianorum infecté par le charbon des anthères (anthères noirs-violets à texture poudreuse).
Dianthus carthusianorum infecté par le charbon des anthères (anthères noirs-violets à texture poudreuse).
Dianthus carthusianorum sain
Dianthus carthusianorum sain

Comment participer ?

1. Collecter les données

L’échantillonnage consiste en la récolte de populations (1 population = 5 à 30 individus) d’œillet chartreux INFECTÉS (en priorité) et aussi SAINS.
Il s’agira de récolter pour chaque population dans la mesure du possible :

minimum 10 feuilles (mais si possible le plus grand nombre) par plante infectée ou saine (individu) qui seront ensuite séchées à l’air libre.

Chaque individu sera mis séparément dans des enveloppes en papier ou dans du journal et sera répertorié par un numéro/code (au choix) sur le sachet.
Pour chaque site échantillonné, les codes/numéros donnés pour chaque individu seront reportés dans la « fiche de récolte » (une fiche par population) ainsi que leurs GPS respectifs (ou nom de la localité) et altitude.

D’autre part, il sera noté dans cette même fiche de récolte si oui on non chaque individu récolté est infecté ou sain et si, dans une même population, les individus infectés et sains co-existent ou non. Cette information est nécessaire pour estimer la prévalence du pathogène chez la plante en France

2 à 5 fleurs infectées (voir Figure 1: fleurs saines versus fleurs infectées avec anthères violets-noirs poudreuses) qui seront aussi ensuite séchées à l’air libre. Si la plante est saine, il n’est pas nécessaire de récolter des fleurs.

5-10 graines issues des mêmes individus (si possible)

Attention, Dianthus carthusianorum forme souvent des groupes d’individus difficilement distinguables les uns des autres. Pour l’échantillonnage d’individus bien distincts, nous vous recommandons d’identifier les rosettes de chaque individu pour être sûre que l’échantillonnage soit bien réalisé sur des individus différents.

2. Envoyer vos données

Les échantillons recueillis seront envoyés par la poste (avec la fiche de récolte en version papier associée) à l’adresse suivante :

Dr. Simone Fior & Dr Amandine Cornille – projet « Dianthus »

Institut f. Integrative Biologie

CHN G 27

Universitätstrasse 16

8092 Zuerich

Switzerland

Ainsi qu’un mail à l’adresse suivante : amandine.cornille[at]gmail.com

Un grand merci par avance pour votre aide !

Bon été!

Botaniquement vôtre,

Amandine Cornille

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *