Décès de Jacques GAMISANS

Nous avons la tristesse de vous faire part du décès de notre collègue et ami
Jacques Gamisans survenu le 28 septembre à l’âge de 71 ans.

C’est une grande perte, car cet excellent connaisseur de la Corse et de
ses montagnes a réalisé une oeuvre remarquable en faveur de la
connaissance et de la préservation du patrimoine végétal de cette île.

Il a été membre du Laboratoire de botanique et d »écologie
méditerranéenne durant une trentaine d’années, et de l’IMBE à la Faculté
de Marseille St-Jérôme, puis du Laboratoire d’écologie terrestre à
Toulouse.

La biographie ci-jointe rédigée par Frédéric MEDAIL de l’IMBE témoigne de cette remarquable épopée scientifique de presque 50 ans.

Nos condoléances à sa famille et ses plus proches collègues et amis.

Daniel MATHIEU

6 commentaires

  1. C’est avec très grande tristesse que nous apprenons cette nouvelle. Nous l’avons rencontré des une de ces conférences cet été a Cozzano. Nous sommes des fans, nous avons plusieurs de ses ouvrages. C’est une grande perte. Nos sincère condoléances a sa famille et collègues.

    1. J éprouve une grande tristesse en apprenant le décès de Jacques Gamisans ! C était un grand Monsieur ,et j ai une grande admiration pour l homme ,et sa prestigieuse carrière de botaniste .Il a beaucoup apporté à la Corse en contribuant à travers ses conférences à faire connaître et protéger la flore de cette île qu il aimait tant !
      Il en a parcouru des chemins,des sentiers,de la montagne au littoral Corse ,pour nous laissé en héritage de prestigieux ouvrages .
      Je garderai en souvenir de lui ,cette merveilleuse journée de randonnée sur le sentier du littoral, dans le cadre du festival d automne de la St Martin, à Patrimonio ,où j avais eu le privilège de le rencontrer et de partager avec lui ,cette passion pour la flore de Corse .

  2. C’est avec une grande tristesse que l’on apprends le décès de Jacques GAMISANS qui a approfondi les connaissances et exploré les richesses de la flore endémique cyrnéenne. Son esprit repose maintenant au milieu des senteurs d'{Helichrysum} de {Thymus herba barona} et de toutes les senteurs du maquis et parcourt les étages thermo- et méso-méditerranéen auxquels il a donné ses ouvrages de références.

    Nos sincères condoléances à ses proches et amis.

  3. La botanique perd un pédagogue hors pair.
    Ses enseignements de botanique que nous avons été nombreuses et nombreux à suivre et apprécier ont structuré pour longtemps le savoir sur la flore méditerranéenne et bien au delà.

    Je me souviendrai aussi toujours de ses « contrôles de connaissances », où 40 étudiants lâchés au somment d’une montagne catalane avaient 2 heures pour présenter en bas les échantillons d’un maximum de familles de plantes en sachant en présenter les caractères distinctifs.
    Jamais un examen n’aura été pour moi aussi ludique…et aussi formateur.

    Que la force de ce qu’il nous a transmis nous inspire pour toujours, au service de la connaissance et de la préservation de la biodiversité végétale.

    Un ancien étudiant.

  4. Deux sorties fabuleuses en Corse, lors de la prépa CAPES-AGREG à l’UPS de Toulouse, sa Flore endémique de la Corse dédicacée et un stock de bons moments; voilà mon souvenir ému d’un grand Monsieur tant par sa culture que sa gentillesse…
    Mille mercis pour ce qu’il m’a transmis.
    Parti trop tôt! Il avait certainement encore mille projets pour aller hors des sentiers battus…
    J’adresse toutes mes condoléances à sa famille et ses proches.
    Un ancien de ses étudiants des 90′

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *