L’industrie menace un tiers des sites inscrits au Patrimoine mondial par l’Unesco

Un constat alarmant.

Un constat alarmant.
Sur 229 sites naturels inscrits au Patrimoine mondial par l’Unesco, 70 sont sous la menace d’une marée noire, d’une pollution de forages pétroliers, gaziers ou des rejets des mines, et parmi eux les 41 sites naturels situés en Afrique.

C’est ce que révèle un rapport de l’organisation environnementale World Wide Fund (WWF – le « Fonds mondial pour la nature ») et des gérants d’actifs Aviva Investors et Investec, rendu public jeudi 1er octobre. Le document a notamment pour but d’encourager les investisseurs à user de leur influence pour que les entreprises cessent toute exploitation sur les sites en question.
Des engagements d’industriels sous la pression

A la suite d’importantes protestations des organisations écologistes, dont le WWF, la compagnie pétrolière britannique SOCO International a par exemple accepté en 2014 de ne pas effectuer de forages dans le Parc national de Virunga, en République démocratique du Congo (RDC), convoité pour ses ressources par les entreprises du secteur.

Comme la major française Total, SOCO avait obtenu un permis d’exploration de l’Etat congolais en 2011. La zone qui lui a été attribuée couvre une superficie de 7 500 km² dont une grande partie du lac Edouard, qui est pour l’Unesco « un des piliers de la valeur universelle du site des Virunga ».

Une population d’environ 50 000 personnes vit de la pêche autour du lac.

> Lire la suite de l’article du Monde, du 01/10/2015 sur le site LeMonde.fr

———
Image d’illustration : logo Patrimoine mondial

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *