Aracées de France métropolitaine – Essai d’une nomenclature française normalisée, présentée sous forme de clé

Voici la suite du feuilleton : la clé des Aracées, proposée à votre relecture jusqu'au 5 janvier (réagir pour cela à cet article).

Voici la suite du feuilleton : la clé des Aracées, proposée à votre relecture jusqu’au 5 janvier (réagir pour cela à cet article).
Cette clé fait suite à celles des Amaryllidacées et Cypéracées des lettres d’informations des semaines dernières. C’est un travail réalisé par David Mercier, avec la collaboration de Florent Beck, Michel Chauvet, Alexis Lebreton, Joël Mathez, Daniel Mathieu, s’inscrivant dans la démarche de la production d’une liste de noms français normalisés (NFN) pour la flore vasculaire de la France métropolitaine, selon les objectifs et la méthode exposés par Mathieu et al. 2015. Ces NFN ont notamment pour vocation d’être uniques pour chaque taxon, le plus signifiant possible et le plus scientifiquement juste, stables dans le temps et faciles à manier (prononciation, orthographe). Souvent identiques aux noms vernaculaires couramment usités, ils peuvent toutefois en être différents pour des raisons exposées au cas par cas. En parallèle à ces NFN, chacun pourra bien sûr continuer à utiliser les noms vernaculaires (qui font la richesse de notre langue) selon ses habitudes et sa pratique, en veillant toutefois à conserver une équivalence avec les NFN ou avec les noms scientifiques. La nomenclature scientifique utilisée pour les genres est celle de Flora gallica (Tison et de Foucault 2014), et la clé en est grandement inspirée.

Cette clé est produite dans plusieurs buts :

– solliciter votre critique constructive ;

– aboutir à un travail collectif, un bien commun sous licence Creative commons, qui devienne une référence aussi bien auprès du grand public que des professionnels et des institutions ;

– vous donner l’envie de produire d’autres clés de ce type, selon cette même démarche de consensus collectif.

>> Télécharger ce document (PDF, 78 ko)

Si vous avez des remarques, ajouts ou corrections à apporter à ce travail, surtout, n’hésitez pas à laisser un message sous cet article, en indiquant votre nom si vous souhaitez figurer parmi la liste des relecteurs. J’animerai cette page jusqu’au 5 janvier. Ensuite, je rédigerai un document final, en tenant compte au mieux de ces compléments et corrections, et qui sera diffusé via cette même lettre d’information, dans la rubrique « nouvelles du réseau ». Ces documents sont également archivés dans la bibliothèque du projet Noms français normalisés

D’autres familles suivront prochainement : Rosacées, Asparagacées, Hydrocharitacées, Iridacées, Liliacées, Poacées… Durant les prochains mois, une bonne partie de la flore de France sera ainsi travaillée.

Bibliographie :
– Mathieu D., Durécu M., Mercier D., Mathez J., Chauvet M., 2015. – Guide de nomenclature des noms normalisés en français pour les plantes Trachéophytes de France métropolitaine. Code NFN Version 2.4 – novembre 2014. J. Bot. Soc. Bot. France, 70 (1-5) : 57-61.
– Tison J.-M. et de Foucault B. (coords.), 2014. – Flora gallica. Flore de France. – Biotope, Mèze, xx + 1196p.

David Mercier

——————————
Image d’illustration : Arum italicum, par Mathieu MENAND, licence CC by-sa, illustration Flora Data

3 commentaires

  1. Bonjour,

    voici des modifications proposées par Marc Gibernau, chercheur sur la pollinisation dans cette famille, à l’Université de Corse (Ajaccio).

    Dichotomie 7 : je séparerai les 2 genres car une recherche internet (via les images) montre que si vous tapez oronce-d’eau, il n’y a pas de photo de Lysichite qui est donc bien différencié par les gens. Je rajouterai un clé sur la présence ou non de spathe pour différencier les genres.

    Dichotomie 9′ : ajouter « à la base ».

    Dichotomie 10 : dépassant/sortant de l’ouverture de la spathe (caractère de reconnaissance moins destructeur; ça éviter d’ouvrir l’inflo)

    Dichotomie 10′ : non visible, inclus dans la spathe (caractère de reconnaissance moins destructeur; ça éviter d’ouvrir l’inflo)

    Nom français proposé pour Helicodiceros : Arum mange-mouches

    clé alternative

    11 feuilles entières ….. Arum

    11′ feuilles palmatifides (profondément divisées)

    12 feuilles divisées en plusieurs (+de3) lobes homogènes; spadice lisse – Dracunculus
    12′ feuilles divisées en 3 lobes (le central entier, les latéraux divisés); spadice « poilu » Helicodiceros

    1. Un grand merci à Marc Gibernau, ces remarques pertinentes me paraissent presque toutes à intégrer pour modifier la clé des Aracées.

      Pour nom français de Lysichiton, j’ai proposé Lanterne-d’eau, qui est la traduction de Swamp lantern, alternative pour laquelle Marc Gibernau ne voit pas d’inconvénient, et avec laquelle Daniel Mathieu est d’accord : ce terme est plus parlant que Lysichite.

      Au sujet du nom français de Helicodiceros, Arum-mange-mouches est sans doute plus clair que Mange-mouches, mais est aussi sans doute trop long. Le genre n’est constitué que d’une seule espèce, Helicodiceros muscivorus. Sa morphologie ressemble beaucoup à la Serpentaire, de par ses feuilles divisées. Ne pourrait-on pas l’appeler Fausse-Serpentaire ? L’espèce serait alors : Fausse-Serpentaire muscivore ? Qu’en pensez-vous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *