Ambroisie : impact du fauchage sur la reproduction de l’espèce

L'AFEDA, dans son dernier bulletin d'information, publie un article sur une étude autrichienne de l'impact du fauchage sur la banque de graines du sol.

L’AFEDA, dans son dernier bulletin d’information, publie un article sur une étude autrichienne de l’impact du fauchage sur la banque de graines du sol.

Après un article sur ce sujet (AFEDA flash info N° 6) mettant en avant l’importance de fauches
répétées permettant une réduction importante des ambroisies (Ambrosia artemisiifolia L.) pour
la génération suivante à l’Est de l’Autriche, région de Styrie et du Burgenland particulièrement
envahie, une nouvelle expérimentation permet au groupe de chercheurs autrichiens de proposer
des conditions de fauche différentes. Réalisés cette fois-ci sur six bords de routes pendant trois
années, quatre régimes variés de fauche ont été appliqués, plus un témoin sans fauche, tous sur
des populations considérées « naturalisées » depuis 10-20 années.

Parmi les régimes de fauche expérimentés, deux ou trois entre fin juin et mi-septembre selon les
cas, le meilleur est obtenu par une coupe juste après le début de la floraison femelle, vers la troisième
semaine d’Août dans cette région de l’Europe, suivi deux-trois semaines plus tard d’une
seconde fauche, soit début septembre, juste avant la fertilité des fleurs femelles sur les nouveaux
axes qui sont des axes de rejets à la base de la plante fauchée deux-trois semaines plus tôt.

Voir l’article complet dans le Bulletin de l’AFEDA n°25 de mars 2016 ci-dessous.

Daniel Mathieu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *