Interview Sauvages de ma rue : Frédéric Gourgues, relais fédérateur de relais…

Chargé d'études et de formation au sein de l'association Gentiana, Frédéric Gourgues nous transmet son expérience en tant que formateur et coordinateur de relais Sauvages de ma rue à l'échelle de la métropole grenobloise.

Chargé d’études et de formation au sein de l’association Gentiana, Frédéric Gourgues nous transmet son expérience en tant que formateur et coordinateur de relais Sauvages de ma rue à l’échelle de la métropole grenobloise.

pas de alt pour cette image, soz

Zoom sur l’association Gentiana !

pas de alt pour cette image, sozCrée en 1990, GENTIANA, Société botanique dauphinoise Dominique Villars, est une association scientifique qui a pour mission de promouvoir et de développer la connaissance de la flore sauvage iséroise ainsi que de participer à la préservation du patrimoine naturel végétal. Pour plus d’informations sur l’association, accédez au site de Gentiana .

Les sciences participatives, un chemin naturel…

« Nous travaillons depuis plusieurs années avec Tela Botanica sur différents projets botaniques. Depuis toujours, on a animé sur le département de l’Isère un réseau de botanistes. Au début, la contribution du réseau était très basique, avec des collectes de données via des fichiers papiers. Et puis, en faisant évoluer notre site internet, développé avec Tela Botanica, on a commencé à mettre en place des outils de saisie de données sur Internet et le réseau a pris des proportions encore plus importantes. Le but de l’association est de développer la pédagogie botanique et la connaissance, donc les sciences participatives sur la flore étaient le chemin naturel, une évidence. »

Comment devient-on relais fédérateur de relais du programme Sauvages de ma rue ?

pas de alt pour cette image, soz

« Sauvages de ma rue était un programme sur lequel on réfléchissait depuis longtemps et que nous souhaitions lancer. Le fait que l’on ait déjà travaillé avec des communes sur la gestion des espèces sauvages présentes dans les rues fait que c’est devenu quelque chose de naturel d’aller vers Sauvages de ma rue. Puis, il a eu une opportunité, suite à un appel à projet de Grenoble-Alpes Métropole qui correspondait très bien avec le programme. » – C’est ainsi qu’est née la déclinaison du programme : Sauvages de ma Métro.

Quel est le rôle d’un relais fédérateur de relais Sauvages de ma rue ?

pas de alt pour cette image, soz

« Notre mission principale est d’animer le projet sur place, et après ça se décline en formation de relais locaux et se traduit par l’organisation des animations Sauvages de ma rue. On fait des formations pour des personnes et des structures qui souhaiteraient animer le programme de façon encore plus locale que nous. En tant que relais, nous essayons de coordonner des actions sur place et aussi d’avoir un regard sur les données qui sont rentrées. Ainsi, nous pouvons voir les cohérences et les incohérences des données saisies. » – nous signale Frédéric Gourgues.

Les points forts du programme

L’aspect scientifique

« Le programme Sauvages de ma rue permet de faire remonter des informations au Museum national d’Histoire naturelle et ces données sont analysées au global. Il y a une caution scientifique derrière et le volet national est vraiment important pour nous et pour le programme en général. »

Les retours d’expériences

« Le fait que ce soit un programme national qui était testé et mis en place dans d’autres régions nous permet d’avoir des retours d’expériences et des éléments de comparaison. Comme par exemple : différentes espèces que l’on retrouve dans chaque région, le nombre de données qui sont collectées, l’évolution du nombre de données saisies, etc. On sent qu’il y a une émulation derrière, et je pense que c’est extrêmement important pour la continuation du projet. »

La communication

« C’est vrai qu’il s’agit d’un programme de perspective nationale, qui est de plus en plus connu. Effectivement, l’aspect « communication » est vraiment important et le fait que l’on s’inscrive dans un programme national nous permet de bénéficier de la communication très large et, par conséquence, de toucher le plus de personnes possible. »

Stellaria media (L.) Vill. (bdtfx) par Frédéric GOURGUES CC by SA (Tela Botanica)
Stellaria media (L.) Vill. (bdtfx) par Frédéric GOURGUES CC by SA (Tela Botanica)

Un retour positif du public et un intérêt évident !

Frédéric nous raconte comment sont perçues les animations Sauvages de ma rue par les citoyens :

« Il y a une grosse demande sur l’agglomération, dès que l’on fait une animation, l’intérêt est évident. Le retour que l’on a eu est vraiment positif ! Les participants se rendent compte que le programme est abordable. Les outils Sauvages de ma rue développés par Tela Botanica font en sorte que même les personnes qui ne connaissent pas du tout la botanique puissent arriver à déterminer des espèces. »

Les relais fédérateurs de relais permettent de multiplier l’impact du programme !

Lorsqu’on lui a demandé quelle est la contribution de l’association et quelle est l’importance de leur engagement avec le programme, Frédéric nous confie :

« Le plus que l’on peut amener au programme c’est le fait que l’on a la possibilité d’être sur le terrain ! Notre contribution c’est d’avoir un regard sur la flore locale puisque nous travaillons en rapport avec la botanique depuis quelques années. Le fait que l’on puisse donner un retour avec un regard local peut enrichir un programme national. Par ailleurs, on s’appuie aussi sur notre réseau de bénévoles, en plus du réseau Tela Botanica, ce qui permet d’avoir des botanistes pour aller sur le terrain et participer aux animations. Le fait d’être un relais de relais permet de multiplier l’impact du programme, en termes d’animation aussi. »

Comme nous l’a montré Frédéric, le rôle des relais fédérateur de relais est essentiel pour développer le programme Sauvages de ma rue et encourager les actions locales.

pas de alt pour cette image, soz

Vous voulez devenir relais ?

Être relais du programme Sauvages de ma rue c’est diffuser le programme et son protocole, permettre à d’autres d’y participer et de le relayer.

pas de alt pour cette image, sozTela Botanica accompagne les personnes et structures qui souhaitent devenir relais Sauvages de ma rue sur leur territoire en proposant des formations, un aide à distance, des kits d’animations et des outils numériques adaptés.

Si vous souhaitez faire partie du réseau de relais Sauvages de ma rue, n’hésitez pas à contacter sauvages@tela-botanica.org pour permettre à Tela Botanica de vous accompagner dans votre projet. Vous pourrez ensuite devenir officiellement relais du programme en signant la Charte Sauvages de ma rue.

Sauvages de ma Métro est une déclinaison du programme Sauvages de ma rue pour la métropole de Grenoble. Sauvages de ma rue est un observatoire de la flore urbaine co-fondé par Tela Botanica et le Muséum national d’Histoire naturelle. Sauvages de ma rue fait partie du programme de sciences participatives du MNHN, Vigie-Nature.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *