Interview Sauvages de ma rue : Daniel Beauron, relais d’information…

C'est la rentrée et les interviews Sauvages de ma rue reprennent ! Daniel Beauron, ancien responsable des animations culturelles de la Médiathèque de Sète, remonte le temps avec nous pour nous présenter son expérience en tant que relais d'information du programme Sauvages de ma rue.

C’est la rentrée et les interviews Sauvages de ma rue reprennent ! Daniel Beauron, ancien responsable des animations culturelles de la Médiathèque de Sète, remonte le temps avec nous pour nous présenter son expérience en tant que relais d’information du programme Sauvages de ma rue.

pas de alt pour cette image, soz

Tela Botanica et la médiathèque de Sète : un lien évident !

«Je connaissais le travail de Tela Botanica par mes actions antérieures sur le logiciel libre [Tela Botanica a une base de données libre de droit (Flora Data) regroupant plus de 500 000 images de plantes ; quand la médiathèque a voulu travailler sur la botanique, le lien était évident pour moi !»

Un travail collaboratif

«Le réseau des médiathèques préparait un programme d’animation sur la botanique, pour accompagner la politique de Thau agglo sur la protection du milieu naturel.
Nous avons donc noué un partenariat avec Tela Botanica, avec l’association « Sète coté jardin », avec le Jardin antique méditerranéen et les services communautaires concernés pour monter un programme sur ce thème, avec expositions, ateliers, conférences… et un Bar des sciences intitulé « Il n’y a pas de mauvaises herbes ». C’est dans ce contexte que nous avons participé au programme Sauvages de ma rue.
Tela Botanica a travaillé avec nous en appui à la réflexion préalable, à l’organisation de ce programme. L’association nous a fourni des éléments de communication et d’animation d’une journée sauvages de ma rue, elle a aussi participer au Bar des sciences. »

Les actions et outils pour présenter le programme Sauvages de ma rue au grand public :

pas de alt pour cette image, soz« Personnellement j’assurais la coordination générale du programme et la liaison entre les associations et les services. L’association Sète côté jardin et le Jardin antique méditerranéen relayaient elles aussi de leur coté ces animations Sauvages de ma rue. Nous avons communiqué sur ce programme en relation avec le service communication de Thau agglo par le biais de communiqué de presse, flyers du programme, affichettes A3, etc. »
Retrouvez tous les outils de communication du programme Sauvages de ma rue !

L’importance de l’initiative Sauvages de ma rue ?

« Permettre aux citoyens de se familiariser avec les sciences, de se les approprier, est fondamental dans une perspective d »éducation populaire, de responsabilisation et de mieux vivre ensemble. Un cadre d’organisation et d’information tel que Sauvages de ma rue y participe activement et donne une visibilité à l’action et une plus grande rigueur scientifique. »

Vous voulez devenir relais ?

Être relais du programme Sauvages de ma rue c’est diffuser le programme et son protocole, permettre à d’autres d’y participer et de le relayer.

pas de alt pour cette image, sozTela Botanica accompagne les personnes et structures qui souhaitent devenir relais Sauvages de ma rue sur leur territoire en proposant des formations, un aide à distance, des kits d’animations et des outils numériques adaptés.

Si vous souhaitez faire partie du réseau de relais Sauvages de ma rue, n’hésitez pas à contacter sauvages@tela-botanica.org pour permettre à Tela Botanica de vous accompagner dans votre projet. Vous pourrez ensuite devenir officiellement relais du programme en signant la Charte Sauvages de ma rue.

Sauvages de ma rue est un observatoire de la flore urbaine co-fondé par Tela Botanica et le Muséum national d’Histoire naturelle. Sauvages de ma rue fait partie du programme de sciences participatives du MNHN, Vigie-Nature.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *