Qui a dit qu’il n’y avait plus de messicoles en automne ?

Nos belles des champs font de la résistance et malgré la fraîcheur de l'automne vous pouvez encore partir à la recherche de certaines messicoles qui, pour notre plus grand plaisir, fleurissent jusqu'en novembre ! Discrètes fleurs jaunes ou blanches, saurez vous retrouver le bugle petit pin ou l'épiaire annuelle ?

Nos belles des champs font de la résistance et malgré la fraîcheur de l’automne vous pouvez encore partir à la recherche de certaines messicoles qui, pour notre plus grand plaisir, fleurissent jusqu’en novembre ! Discrètes fleurs jaunes ou blanches, saurez vous retrouver le bugle petit pin ou l’épiaire annuelle ?

L’épiaire annuelle

Stachys annua par Hugues TINGUY- Licence CC by SA (Tela Botanica)
Stachys annua par Hugues TINGUY- Licence CC by SA (Tela Botanica)

Description

Stachys annua L. peut atteindre une hauteur de 50 cm. Les feuilles sont de forme oblongue-lancéolée avec la marge crenelée-dentée.
Les fleurs sont rassemblées en verticilles par 3 à 6. Elles sont blanches à jaunâtres. La corolle présente une symétrie bilatérale et est divisée en deux lèvres : la supérieure est entière, tandis que la lèvre inférieure est divisée en trois lobes.

Répartition

On retrouve l’épiaire annuelle dans les cultures ayant un sol assez sec et basique (calcaire). Cette plante se développe dans presque toute la France.

Le bugle petit pin

A. chamaepitys par Liliane ROUBAUDI - Licence CC by SA (Tela Botanica)
A. chamaepitys par Liliane ROUBAUDI – Licence CC by SA (Tela Botanica)

Description

Ajuga chamaepitys (L.) Schreb. est une petite plante annuelle dépassant rarement 20 cm de haut. Elle est entièrement recouverte d’un duvet de poils. Elle dégage une
odeur forte. Ses tiges se ramifient régulièrement et portent de nombreuses feuilles divisées, à leur base, en trois segments linéaires (ce qui lui donne cet aspect de petits pins). Les fleurs sont formées d’un calice à cinq sépales soudés se terminant en cinq dents. Du calice dépasse seulement la lèvre inférieure de la corolle, divisée en trois lobes et d’une couleur jaune vif. La lèvre supérieure est réduite et invisible.

Répartition

On retrouve le Bugle petit-pin dans les lieux arides, secs, que ce soit dans des champs, dans des jachères, des friches ou des pelouses sèches écorchées. On peut le trouver presque partout en France.

Il a été observé en fleur (voir photo ci-dessous) il y a quelques jours à Aix en Provence ! Vous aussi saurez-vous le retrouver près de chez vous ?

A.chamaepitys par Laura LANNUZEL- Licence CC by SA
A.chamaepitys par Laura LANNUZEL- Licence CC by SA

A vous de jouer !

N’hésitez plus a nous transmettre vos observations de ces belles des champs grâce à l’outil de saisie en ligne de l’Observatoire Des Messicoles !

Pour plus d’infos sur d’autres espèces messicoles vous avez à votre disposition des outils dont le guide d’identification des messicoles !

Bonnes observations !

pas de alt pour cette image, soz

L’Observatoire Des Messicoles, développé par Tela Botanica en partenariat avec la Fédération des Conservatoires Botaniques Nationaux et Montpellier SupAgro. Il s’intègre au Plan National d’Action en faveur des plantes messicoles du Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie.

11 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *