L’après-MOOC en Arvernie

Suite au [MOOC Botanique->http://mooc.tela-botanica.org] et à sa clôture, les mooqueurs s'organisent pour continuer leurs escapades et apprentissages botaniques ! Bravo !

Suite au MOOC Botanique et à sa clôture, les mooqueurs s’organisent pour continuer leurs escapades et apprentissages botaniques ! Bravo !
Nous avons suivi le MOOC. Nous avons pris contact sur le forum des rencontres. Nous sommes 8 pour l’instant.

Nous étions 5 : Christian, Nicolas, Thierry, Virginie et Anne-France, en ce vendredi 11 novembre 2016.
Nous avons commencé par nous réconforter avec un petit vin chaud. Le temps, bien que très humide nous avait épargné les averses de la veille.
Bon an mal an, la machine à 10 pattes s’est mise en route. Le MOOC nous avait promis un bel avenir de botanistes si nous étions pratiquants. Alors nous y avons été, gonflé d’un optimisme saugrenu, en ce début de saison de dormance. Le premier glaux maritime, en pleine Auvergne, nous a fait ressembler à ces êtres bizarres qui s’extasient sur une « herbe verte » (quoique, à peine) pas plus grande qu’une tête d’épingle. Et quand on a croisé nos premières mousses à hauteur d’yeux, je n’ose vous décrire les conversations. Ça vaut le coup de voir cela dans une vie. Quand l’un de nous s’est baissé pour goûter une eau où surnageaient des feuilles mortes envahies d’algues peu ragoûtantes, le plus merveilleux a été ses yeux : « elle est salée ! ». Des étoiles dans les yeux, vous avez déjà vu ?

Bon, je pense que les promeneurs qui nous ont aperçu nous pâmer devant un plantain maritime et une muraille bleue pendant 1/2 heure, n’ont pas dû être très rassurés quand ils ont fait passer les enfants pour remonter le sentier…
Nous allons en faire d’autres, c’est sûr !!! Nous sommes des croqueurs de vie. Maintenant que l’on y a goûté…

Anne-France
Membre des mooqueurs puydômois.

3 commentaires

  1. Bravo pour cette initiative et merci de l’avoir relaté sur Tela! Il ne vous reste plus qu’à intégrer maintenant le réseau (très accueillant!) des botanistes d’Auvergne et là vous avez le choix. Parmi les « portes d’entrée » qui s’offrent à vous:

    – le programme de science participative « vigie-flore » que je coordonne en Auvergne,

    – le programme « sauvages de ma rue » (vous pouvez contacter l’association « le jardin en herbe » à Chamalière dans le Puy-de-Dôme

    – l’un des réseaux départemental du conservatoire botanique basé à Chavaniac-Lafayette

    – l’association Digitalis en Haute-Loire…

    Bref, chers et chères mooqueurs botanistes d’Arverne, soyez certains que vous serez bien accueilli(e)s dans les réseaux de botanistes de la région!

    David

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *