L’asclépiade, la plante miracle à tout faire !

L’asclépiade (Asclepias syriaca L.) produit une fibre d’une douceur incomparable qui tient chaud sur les glaciers de l’Everest et peut dépolluer les océans… Un ingénieur québécois a redécouvert ce qui était au XVIIe siècle, à la cour de France, l’étoffe des rois. Et va ouvrir une nouvelle «route de la soie» qui sillonnera l’Amérique du Nord du Québec jusqu’au Mexique

Quelques dizaines d’agriculteurs se sont en effet laissés convaincre d’ensemencer l’asclépiade (Asclepias syriaca L.), une plante envahissante qui pousse comme du chiendent en Amérique du Nord, au bord des autoroutes et dans les terrains mal entretenus. Ce n’est pas sa jolie fleur rose qui intéresse les agriculteurs mais son fruit en forme de gousse qui laisse flotter au vent comme des dizaines de fils blancs, plus doux que le coton, ce qui vaut à la plante le surnom de «soyer du Québec»…

Ultra chaude, ultra imperméable, ultra absorbante

Deux siècles plus tard, dans les années 2000, l’Américain Winthrop Phippen, chercheur à la Western Illinois University, confirme les qualités uniques de la fibre d’asclépiade: ultra chaude, ultra imperméable, ultra absorbante. Malgré ces résultats prometteurs, le gouvernement américain préféra investir dans les biocarburants et retira son financement. Le programme de recherche s’arrêta.

La soie d’asclépiade ne se tasse pas, ne se mouille pas

Lire la suite dans cet article paru sur le site Internet de Paris Match

Source : Paris Match. Publié le 14/12/2016 à 03h33
Frédérique Féron

Daniel Mathieu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *