A la recherche du Peigne de Vénus perdu !

Les beaux jours arrivent accompagnés des premières floraisons des plantes messicoles !
Pour bien commencer la saison des observations 2017 on vous propose de partir à la recherche du Peigne de Vénus et qui sait sur le chemin de sa découverte vous rencontrerez peut-être des Tulipes sauvages…

Scandix pecten veneris par Andrine Faure - cc by sa Tela botanica
Scandix pecten veneris par Andrine Faure – cc by sa Tela botanica

Comment reconnaître le Peigne de Vénus ?

Scandix pecten-veneris L. est un petite plante annuelle de la famille des Apiacées et mesure jusqu’à 40 cm de haut. Ses tiges dressées sont striées, elles portent des feuilles deux à trois fois découpées en lobes linéaires se terminant par un mucron (prolongement de la nervure médiane de certaines feuilles en petite pointe). Les fleurs sont rassemblées en ombelles simples. Les pétales sont blancs et de tailles différentes (les pétales sur le pourtour de l’ombelle sont plus grands). Les fruits sont des akènes(fruit sec, indéhiscent, à une seule graine libre) allongés surmontés d’un très long bec (6 cm).

Scandix pecten-veneris L. par Liliane ROUBAUDI-cc by sa
Scandix pecten-veneris L. par Liliane ROUBAUDI-cc by sa

Mais d’où vient son nom ?

Le nom de cette messicole lui vient de ses fruits qui sont dressés comme les dents d’un peigne ce qui donna à cette plante son nom vernaculaire « Peigne de Vénus ».

Des indices pour la trouver ?

Cette plante se retrouve dans des cultures, préférant les sols secs et basiques (ex : calcaire). On la retrouve dans toute la France.
pas de alt pour cette image, soz

Une fois que vous avez réussi à la localiser n’attendez plus pour nous le signaler en suivant ce lien !

En chemin vous croiserez peut être… des Tulipes sauvages !

Tulipa clusiana DC. par Mathieu MENAND-cc by sa
Tulipa clusiana DC. par Mathieu MENAND-cc by sa

Tulipa spp. commencent leur floraison, elles aussi, dès le mois de mars ! Mais attention il faudra être attentif car ce taxon est plus difficile à trouver car « en situation précaire » selon le PNA en faveur des messicoles. Elles peuvent donc être plus rares que le Peigne de Vénus mais il est possible que vous en rencontriez lors de vos ballades près des champs cultivés.

Comment les reconnaître ?

Tulipa raddii Reboul par Mathieu MENAND - cc by sa
Tulipa raddii Reboul par Mathieu MENAND – cc by sa

Les Tulipes “sauvages” que l’on trouve dans les cultures et moissons sont des plantes de 20 à 60 cm de haut. Elles sont vivaces et présentent un bulbe. Elles portent de longues feuilles (2 à 5 en général), de forme lancéolée à oblongue, atteignant plus ou moins la hauteur de la fleur. Chaque plante porte en général une fleur unique. Les fleurs sont grandes, en forme de cloches (ou pyramidale), orientées vers le ciel. Elles sont composées de 6 tépales disposés en deux cercles de trois. Les couleurs les plus communes pour les fleurs sont le jaune, le rouge et le blanc. Les fruits sont des capsules avec trois loges contenant de nombreuses graines.

N’attendez plus pour nous transmettre toutes vos découvertes messicoles !

pas de alt pour cette image, soz

pas de alt pour cette image, soz

Pour plus d’informations sur ces autres belles des moissons vous avez à votre disposition différents outils dont le Guide d’identification des messicoles qui vous propose de découvrir 30 taxons !

L’Observatoire Des Messicoles, développé par Tela Botanica en partenariat avec le Conservatoire Botanique National des Pyrénées et de Midi Pyrénées et Montpellier SupAgro. Il s’intègre au Plan National d’Action en faveur des plantes messicoles du Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie.

8 commentaires

    1. Bonjour,
      dans le titre : « En chemin vous croiserais peut être… des Tulipes sauvages ! »….merci

  1. Bonjour,

    Scandix pecten-veneris L. est très commun chez nous à Aix-en-Provence, au printemps, dans les prairies un peu humides (versants nord). Il peut même constituer des « tapis » assez denses.

    1. Fréquent aussi aux alentours du rocher de Roquebrune sur Argens dans le Var et bien sûr dans la plaine des maures (où de nombreuses tulipes sauvages peuvent aussi être observéées!)

    2. Bonjour, merci pour votre message. N’hésitez pas à nous transmettre vos observations près de chez vous à Aix-en-Provence, nous avons hâte de voir vos belles photos des tapis de Peigne de Vénus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *