Le Journal de Botanique n° 76

REVUE / Le numéro de décembre 2016 vient de paraître.

REVUE / Le numéro de décembre 2016 vient de paraître.
Table des matières :
Éditorial (par Marc-André Selosse et Florence Le Strat) 2
Vie de la Société – Compte‑rendu de la séance du 23 septembre 2016 3
Vie de la Société – Hommage à Robert Salanon pour la remise du Prix Gandoger de Phanérogamie 2015 par André Charpin 3-4
Vie de la Société – Résumé de la conférence les Broméliacées par Mme Aline Raynal-Roques et M. Albert Roguenant 5
Vie de la Société – Résumé de la conférence : Quels sont les facteurs naturels et humains conduisant au statut public d’espèce invasive ? Le cas de l’ajonc d’Europe (Ulex europaeus) sur l’île de la Réunion par Mme Nathalie Udo (Université de Rennes 1) 5-6
Vincent Hugonnot, Thomas Darnis, Jaoua Celle – Un site majeur pour la conservation des bryophytes : les gorges de la Rhue (Cantal, France) 7-30
G. Thébaud & R. Skrzypczak – Forêts et successions végétales turficoles dans le Massif central français 31-54
Philippe Danton & Christophe Perrier – Florules des Morro Vinillo, Morro sin nombre et Morro Spartan ‑ Archipel Juan Fernández (Chili) 55-62
Nicolas Georges & Mathieu MenandBoehmeria cylindrica (L.) Sw., cette nouvelle urticacée pour la flore de France métropolitaine 63-70
Mickaël Mady, Luc Brunerye & Filip Verloove – Un Scirpus nord‑américain nouveau pour la flore française : Scirpus cyperinus (L.) Kunth (Cyperaceae) 7-78
Emilie Estival & Anne‑Marie Mollet – Compte‑rendu de la session Sud Cantal/Nord Aveyron du 11 au 13 mai 2012 79-86
Bruno de Foucault – Quelques données phytosociologiques prises lors de la mini‑session de la Société botanique de France« sur les traces de l’abbé Coste » (25‑27 avril 2014) 87-94
Parutions récentes 95-96

Résumés des articles
Vincent Hugonnot, Thomas Darnis, Jaoua Celle – Un site majeur pour la conservation des bryophytes : les gorges de la Rhue (Cantal, France) (p. 7-30).
La vallée de la Rhue est un hot‑spot bryologique en Auvergne et en France. Des prospections sur le terrain, l’exploitation du matériel d’herbier et des données de la littérature permettent de dresser un bilan actualisé de la bryoflore. Avec 315 taxons recensés, c’est l’un des sites les plus riches de France sur une telle superficie (1 024 ha). Plus de 90 taxons cités au livre rouge régional y sont également connus, avec 3 espèces protégées au niveau national et 7 taxons exceptionnels en France. Aphanolejeunea microscopica (Taylor) A.Evans, Breutelia chrysocoma (Hedw.) Lindb., Frullania jackii Gottsche, Harpalejeunea molleri (Steph.) Grolle, Lejeunea patens Lindb., Plagiochila bifaria (Sw.) Lindenb. et P. exigua (Taylor) Taylor sont les espèces phares du site. Ce site concentre une telle diversité taxonomique qu’il mérite sans doute le qualificatif de site d’intérêt européen. Les cortèges liés aux rochers forestiers se sont révélés les plus importants et les plus complexes dans le site. Le respect de l’intégrité du cycle de la matière organique, les écoulements d’eau superficiels et l’histoire forestière sont les facteurs clefs. Le site de la Combe Noire, identifié comme le « coeur du hot‑spot », doit être protégé intégralement. Des mesures de gestion sylvicole respectueuse sont énoncées.

G. Thébaud & R. Skrzypczak – Forêts et successions végétales turficoles dans le Massif central français (p. 31-54).
Ce travail vise à caractériser sur le plan phytosociologique les forêts sur tourbe du Massif central cristallin et les séries dynamiques de végétations turficoles dans lesquelles elles prennent place. 88 relevés, incluant les bryophytes, correspondant à 38 sites tourbeux ont été analysés par des méthodes numériques. On dénombre six associations végétales forestières qui sont décrites dans le détail et comparées à leurs homologues d’Europe occidentale. Les principales variables discriminantes pour ces végétations sont l’humidité, la teneur en nutriments, liée aux apports hydriques soligènes, et la lumière, liée au degré de maturité des peuplements et à la présence ou non de l’essence dryade Abies alba. Elles correspondent à quatre alliances phytosociologiques, Eriophoro – Piceion pour les associations pionnières ombrotrophiles, Luzulo luzuloidis – Piceion abietis, pour la sapinière sciaphile, Betulion pubescentis pour les boulaies pubescentes hydrominérotrophiles, Salicion cinereae pour les saulaies‑boulaies mésotrophiles à Salix aurita et S. atrocinerea. Six séries de végétations sont individualisées à titre provisoire, au sein desquelles, les communautés forestières représentent des étapes pionnières, postpionnières ou terminales. Elles sont replacées dans le cadre plus global de la dynamique de la végétation turficole qui peut, selon les compartiments écologiques et les complexes de végétations présents, conduire aussi à des stades terminaux asylvatiques. Ce premier modèle, encore perfectible, établit les bases d’une étude dynamico‑caténale des tourbières du Massif central, méthode pertinente pour répondre aux questions de conservation et de gestion de ces écosystèmes.

Philippe Danton & Christophe Perrier – Florules des Morro Vinillo, Morro sin nombre et Morro Spartan ‑ Archipel Juan Fernández (Chili) (p. 55-62).
Suite à la publication de : Florules des Morros Juanango et Verdugo (Danton, 2006), les auteurs ont continué le relevé floristique des morros de l’archipel Juan Fernández, au Chili, et portent à connaissance pour la première fois les florules de trois autres de ces rochers isolés, plus ou moins éloignés des côtes : les Morro Vinillo et Morro sin nombre, près de l’île Robinson Crusoe ainsi que le Morro Spartan, près de l’île Santa Clara. Ayant pour l’un d’eux (Morro sin nombre) échappé à la dent des herbivores, ce rocher est l’un des ultimes témoins de la flore côtière, aujourd’hui disparue des grandes îles ; les deux autres Morros (Vinillo et Spartan) ayant subi de malencontreuses introductions de lapins (à présent éradiqués sur le Morro Spartan et « à vérifier » sur le Morro Vinillo).

Nicolas Georges & Mathieu Menand – Boehmeria cylindrica (L.) Sw., cette nouvelle urticacée pour la flore de France métropolitaine (p. 63-70).
Cette note relate la découverte de Boehmeria cylindrica (L.) Sw., urticacée d’origine américaine, sur les rives du Tarn, dans les départements de la Haute‑Garonne et de Tarn‑et‑Garonne. Il s’agit d’une xénophyte nouvelle pour la flore de France métropolitaine.

Mickaël Mady, Luc Bruneyre & Filip Verloove – Un Scirpus nord‑américain nouveau pour la flore française : Scirpus cyperinus (L.) Kunth (Cyperaceae) (p. 71-78).
L’espèce nord‑américaine Scirpus cyperinus (L.) Kunth est mentionnée pour la première fois en France en Corrèze, sur les rives sableuses du lac de Viam où elle semble naturalisée ou en voie de naturalisation et potentiellement invasive. Elle se propage depuis un foyer principal d’environ 350 m² par voie rhizomateuse, et de jeunes plants issus de la germination d’akènes se développent à plus d’une centaine de mètres de ce foyer. L’ensemble concurrence le Spergulario rubrae – Illecebretum verticillati G.Sissingh 1957, végétation native annuelle amphibie mésotrophile rare et localisée en Limousin, abritant elle‑même plusieurs espèces rares et menacées dans la région.

Bruno de Foucault – Quelques données phytosociologiques prises lors de la mini‑session de la Société botanique de France« sur les traces de l’abbé Coste » (25‑27 avril 2014) (p. 87-94).
Plusieurs données phytosociologiques collectées en Aveyron en avril 2014 sont rapportées ici : végétation des rougiers de Camarès, végétation du causse du Larzac… Une association arbustive nouvelle est définie, le Lonicero etruscae – Pyretum spinosae.

Rédacteur du Journal de Botanique : Florence LE STRAT

Pour se procurer la revue :
Contactez le service Gestion des abonnements et vente au numéro : tresorerie@societebotaniquedefrance.fr
– Vente au numéro du Journal de Botanique : 25 € (Institution : 45 €)
– Abonnement annuel : 100 € avec la cotisation annuelle SBF et l’accès à Botany Letters (anciennement Acta Botanica Gallica) en lignes ; 70 € (non membres de la SBF) ; 180 € (institutions).

Site internet de la Société botanique de France : http://www.bium.univ-paris5.fr/sbf/
Président de la SBF : Marc-André SELOSSE
Secrétaire général : Philippe THIEBAULT – sbfsecretariat@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *