Nikolaï Vavilov, ou l’oeuvre d’un pionnier

S’il est une figure emblématique de la préservation des semences agricoles, c’est bien celle de Vavilov.
Agronome et généticien de formation, ce scientifique exceptionnel a tracé les jalons d’une meilleure
compréhension de la diversité des plantes alimentaires, après avoir parcouru 64 pays du monde et collecté des milliers de semences

Le dernier numéro de la superbe revue « Quatre temps » des Amis du Jardin Botanique de Montréal est dédiée aux semences anciennes et à la protection de la biodiversité agronomique. Parmi les nombreux articles présentés, nous avons retenu ce texte d’Alain CUERRIER et Denis BARABÉ dédié au généticien Vavilov en hommage à son oeuvre exceptionnelle.

Nikolaï Ivanovitch Vavilov (1887-1943) aura été l’un des plus grands
scientifiques de la Russie et du monde de la
biologie. Il a notamment cherché à augmenter
la productivité et la diversité des plantes
alimentaires, surtout celles des céréales en
Russie. Encore aujourd’hui, ses travaux sur
les centres de diversité des plantes agricoles
font autorité. Peu avant son arrestation en
1940, il projetait d’écrire une douzaine de
livres sur ses travaux. Malheureusement,
la politique stalinienne, intolérante au
darwinisme et à la génétique, en a décidé
autrement. Vavilov a été accusé à tort
d’espionnage, de diriger une organisation
antisoviétique et de saboter l’agriculture
socialiste.

Que cherchait réellement Vavilov ? Il voulait
répertorier et caractériser les régions où l’on
trouve le plus de variétés de céréales,
de fruits et de légumes, s’attachant à
découvrir les sous- espèces, les variétés, les formes. En un mot,
il voulait mettre à jour l’ensemble des variétés agricoles cultivées
autour du globe ! Rien de moins. Et pour cela, il a réalisé
116 expéditions botaniques, parfois au péril de sa vie et de celle de ses acolytes.

pas de alt pour cette image, soz

Lire la suite dans le tiré à part ci-dessous que la revue Quatre temps nous a aimablement autorisé à publier.

Daniel Mathieu

3 commentaires

  1. Comme on n’est jamais mieux servi que par soi-même, je rappelle les références du livre que j’ai publié :
    Nikolaï Vavilov. {La théorie des centres d’origine des plantes cultivées}. Introduction par Michel Chauvet. Editions Petit Génie, octobre 2015. 176 pages. ISBN : 979-10-93104-08-9. 19 €.

    Je l’avais alors présenté sur Pl@ntUse : uses.plantnet-project.org/fr/Actualités_2016_janvier

    1. Honneur et gratitude à Nikolaï Vavilov qui a permis à des semences de variétés anciennes de légumes de Rhône-Alpes de retrouver leur terre d’origine.
      Merci à vous pour vos informations et la publication de toutes ces connaissances.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *